www.armenian.ch www.armenian.ch
All Good-Willed Armenians


MFA Press Release: real terms of Karabakh negociations

 
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide
View previous topic :: View next topic  
Sarkis
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 384
Location: Bern/Fribourg

 PostPosted: Tue Jun 27, 2006 8:36 am    Post subject: MFA Press Release: real terms of Karabakh negociations Reply with quote Back to top

MINISTRY OF FOREIGN AFFAIRS OF THE REPUBLIC OF ARMENIA
----------------------------------------------
PRESS AND INFORMATION DEPARTMENT
Government House # 2, Republic Square
Yerevan 0010, Republic of Armenia
Telephone: +37410. 544041 ext 202
Fax: +37410. 562543
Email: press@mfa.am
www.armeniaforeignministry.am <http://www.armeniaforeignministry.am/>

PRESS RELEASE

26-06-2006

Statement of the Ministry of Foreign Affairs

Taking into account the statement that the co-chairs of the OSCE Minsk Group
presented to the OSCE Permanent Council, in Vienna, on June 22, and the
interview that Matt Bryza, the new US co-chair gave soon thereafter, where
albeit partially, the principles of the settlement of the Nagorno Karabakh
conflict were revealed for the first time, and also taking into account the
recent desperate calls by Azerbaijan for a military solution and autonomy
for Nagorno Karabakh, we would like to make several observations.

1. The co-chairs have partially revealed the Nagorno Karabakh conflict
resolution principles; they have left out references to a corridor linking
Nagorno Karabakh to Armenia, and issues relating to Nagorno Karabakh¹s
interim status until a referendum;
2. The co-chairs have, for the first time, affirmed that the people of
Nagorno Karabakh shall determine their own future status through a
referendum;
3. Those items over which the presidents of Armenia and Azerbaijan continue
to disagree does not include a referendum; that concept has been agreed to
by the presidents; The area of disagreement between the presidents has to do
with the sequence in which the consequences of the military conflict are
removed;
4. In an attempt to resolve this remaining area of disagreement, a proposal
was made by the co-chairs after Rambouillet. This proposal was accepted by
Armenia in Bucharest. Azerbaijan rejected it;
5. Armenia finds that the basic principles, overall, on the table today
remain a serious basis for continuing negotiations; Armenia is prepared to
continue on that basis to negotiate with Azerbaijan;
6. Armenia believes that Azerbaijan¹s wavering on these principles is a
serious obstacle to progress in the negotiations. If this policy continues,
Armenia will insist that Azerbaijan conduct direct negotiations with Nagorno
Karabakh;
7. Finally, we would remind Azerbaijan once again that regardless of the
size of their military budget, they cannot force the people of Nagorno
Karabakh to renounce freedom and the right to self-determination.
_________________
Sarkis Shahinian
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
Sarkis
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 384
Location: Bern/Fribourg

 PostPosted: Fri Jun 30, 2006 10:52 am    Post subject: Vartan Oskanian en dit un peu plus sur le plan de l’OSCE Reply with quote Back to top

DIPLOMATIE
Vartan Oskanian en dit un peu plus sur le plan de l’OSCE


vendredi 30 juin 2006, Gari/armenews

Sans violer le sceau du secret qui frappe le processus de négociations en vue d’un règlement du conflit du Karabagh sous l’égide de l’OSCE, le ministre arménien des affaires étrangères Vartan Oskanian a levé discrètement le voile le 28 juin lors d’une conférence de presse, au détour d’une mise au point concernant certaines révélations distillées la semaine dernière par Matthew Briza, le coprésident américain du Groupe de Minsk de l’OSCE.

Le chef de la diplomatie arménienne a indiqué que les confidences faites sur le plan de paix de l’OSCE par le diplomate américain, d’ailleurs nouvellement nommé, étaient incomplètes et ignoraient d’autres dispositions importantes prévues par le plan de paix. Les déclarations du ministère arménien des affaires étrangères reflèteraient en revanche la stricte réalité du plan de paix, selon M. Oskanian, qui cite notamment parmi les dispositions prévues les garanties de sécurité pour le corridor reliant l’Arménie au Karabagh et la nécessité d’un statut provisoire pour le Haut Karabagh avant le référendum par lequel sa population décidera de son sort, deux principes clés qu’il reproche à M. Briza de ne pas avoir mentionnés dans son entretien accordé à Radio Free Europe. Le ministre arménien, qui répondait aux questions des journalistes à Tbilissi où il effectuait une visite officielle, a précisé que pour la première fois, les coprésidents du Groupe de Minsk avaient convenu que le statut du Haut Karabagh devait être défini par voie référendaire. Il a ajouté que les propositions de l’OSCE, équilibrées et fondées sur le compromis, témoignaient de la volonté constante de l’Arménie de négocier avec l’Azerbaïdjan dans le cadre des principes évoqués. Il a toutefois souligné que le processus de paix suivait un cours normal, et qu’il ne fallait pas tenter de l’accélérer artificiellement, en réponse à la question d’un journaliste concernant l’éventualité d’une rencontre des présidents arménien et azéri en marge du prochain sommet du G8. Dans une déclaration commune qu’avait fait circuler l’ambassade des Etats-Unis à Erevan le 28 juin, les coprésidents russe, français et américain du Groupe de Minsk de l’OSCE indiquaient que le plan de paix théoriquement confidentiel prévoyait la tenue d’un référendum d’autodétermination au Haut Karabagh après la libération des territoires occupés par les Arméniens en Azerbaïdjan. La déclaration avait été présentée au conseil permanent de l’OSCE, instance décisionnaire de l’organisation, à Vienne le 22 juin, et n’avait été rendue publique qu’une semaine après, sur le site de l’ambassade américaine. M. Briza avait révélé certains détails du plan de paix sur les ondes d’une radio après la réunion du conseil permanent. Les coprésidents précisaient que les dispositions prévoyaient aussi le redéploiement des troupes arméniennes des territoires azéris entourant le Karabagh, des conditions spéciales étant prévues pour les districts de Latchine et de Kelbadjar, qui ont une dimension stratégique pour les Arméniens, car s’étendant entre le Haut Karabagh et l’Arménie. Ces territoires devraient ensuite être démilitarisés, après quoi un référendum ou un vote des populations concernées devrait avoir lieu, à une date qui devra être précisée, afin de définir le statut juridique définitif du Haut Karabagh, indiquait la déclaration des coprésidents, qui mentionnait également le déploiement d’une force de paix internationale et la constitution d’une commission mixte chargée de superviser la mise en place de l’accord. Ensuite, des fonds internationaux seraient débloqués pour aider aux travaux de déminage, de reconstruction et au retour des personnes déplacées originaires des régions anciennement occupées ou des zones du Haut Karabagh affectées par la guerre. Les parties devront s’engager à renoncer à la menace ou à l’usage de la force, et des garanties internationales et bilatérales de sécurité seront mises en place à cet effet. Les médiateurs ont aussi indiqué que les parties devaient plancher sur les modalités pratiques de mise en œuvre du référendum du Karabagh, qui devrait être précédé d’un vaste débat public, dans un climat de tolérance et de liberté. Cette formule de paix, telle qu’elle est présentée, semble convenir à la partie arménienne, le ministère des affaires étrangères d’Arménie estimant que les puissances médiatrices ont d’ores et déjà reconnu le droit des Arméniens du Karabagh à l’autodétermination. Les présidents arménien et azéri seraient d’ailleurs d’accord sur le principe, mais restent opposés sur d’autres questions, qui n’ont pas été spécifiées. Bakou avait d’abord réagi favorablement aux propositions du Groupe de Minsk telles que dévoilées par M. Briza, mais le 27 juin, dans une déclaration de son ministère des affaires étrangères, l’Azerbaïdjan reprochait au diplomate américain de l’avoir « mis à l’écart du contexte général du document proposé ». Bakou réaffirmait qu’il n’était disposé à accorder au Haut Karabagh que « le plus haut degré d’autonomie », et qu’il ne reconnaîtrait jamais sa sécession de l’Azerbaïdjan. Les médiateurs ont entre temps mis en garde les deux parties, en leur faisant savoir qu’elles fermeraient « une fenêtre d’opportunité rare » susceptible d’en finir avec la principale source d’instabilité au Sud Caucase si elles ne parvenaient pas à un accord avant la fin de l’année. A ce stade du processus, les médiateurs ne voient pas l’intérêt de poursuivre le ballet diplomatique engagé au cours des derniers mois, ni d’encourager d’autres rencontres au niveau présidentiel, si les parties ne font pas la démonstration d’une réelle volonté politique de surmonter les différends. Dans un communiqué le 27 juin, le ministère azéri des affaires étrangères avait aussi tenu à répondre à ce qu’il considère comme une distorsion de la réalité du processus de paix au Karabagh par la partie arménienne. Il souligne ainsi que le statut du Haut Karabagh ne saurait être défini tant que les territoires occupés par les forces arméniennes ne seront pas libérés et la zone entière ne sera pas démilitarisée
_________________
Sarkis Shahinian
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum