www.armenian.ch www.armenian.ch
All Good-Willed Armenians


Déclarations de Christoph Blocher en Turquie

 
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide
View previous topic :: View next topic  
wizard
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 500
Location: 47°23'55''

 PostPosted: Thu Oct 05, 2006 5:12 pm    Post subject: Déclarations de Christoph Blocher en Turquie Reply with quote Back to top

RSR | 4 octobre 2006

"Christoph Blocher a remis en cause la norme pénale contre le racisme en Turquie, et ce, à propos de l'enquête ouverte en Suisse contre un historien turc pour les propos tenus sur la question du génocide arménien."

Interview de Christoph Blocher, ministre de la justice, les explications de Pierre-Han Choffat, et débat entre Dominique de Buman, conseiller national PDC fribourgeois, et Luzi Stamm, conseiller national UDC argovien.
Ecouter l'émission Forums

Citation: "Si la loi fait des choses qu'on n'a pas pensé quand on a décidé, parce que ça a été le holocaust, la situation du deuxième guerre mondiale, il est clair pour tout le monde que le génocide, c'est holocaust c'est clair hein, et à présent c'est une autre situation et puis on aura encore des autres situations sur le monde, dans les autres pays, etc."

Commentaire: Faut-il en conclure que, pour Monsieur Blocher, le génocide des Arméniens, c'est pas clair ?

Citation des propos de M. Blocher au téléjournal TSR, le ministre turc de la justice ayant critiqué le cas des citoyens turcs poursuivis pour avoir nié le génocide des Arméniens: "Personne n'a voulu une situation comme ça, et pour ça j'ai dit seulement ça c'est clair dans mon département on examine qu'est-ce qu'on peut faire avec la loi qu'on a pas des situations aussi en futur, et c'est clair pour un pays comme la Suisse, avec la démocratie directe, il faut dire aussi les choses librement."
___________________________________________________

RSR | 5 octobre 2006

Déclarations Blocher : réaction de Pascal Couchepin - Journal de 12h30 (minutage: de 4'00'' à 6'12'')

Déclarations Blocher : réactions de la communauté arménienne - Journal de 12h30 (minutage: de 6'12'' à 7'44'')


Débat entre Jacques-Simon Eggly, conseiller national libéral genevois, Urs Schwaller, conseiller aux états PDC fribourgeois, et Christian Levrat, conseiller national socialiste fribourgeois.
Ecouter l'émission Forums


Last edited by wizard on Wed Jan 24, 2007 2:58 pm; edited 1 time in total
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
wizard
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 500
Location: 47°23'55''

 PostPosted: Fri Oct 06, 2006 6:56 am    Post subject: Enquête web Reply with quote Back to top

Vote en ligne ici

Participez tout de suite !! ("Finde ich total daneben" si vous n'êtes pas d'accord avec les propos de Blocher)

Et envoyez ensuite un eMail à < blocher@armenian.ch > pour que nous sachions qui a participé !


Star wars Spirit of Havanna
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
iminhokis
Wizards


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 3321

 PostPosted: Fri Oct 06, 2006 10:13 am    Post subject: Reply with quote Back to top

Quote:
Pascal Couchepin attend des explications

Flims/Vincent bourquin
Publié le 06 octobre 2006
http://www.tdg.ch/tghome/toute_l_info_test/l_evenement/couchepin__06_10_.html

Frénésie à Flims. Il est 13 h. La nouvelle circule depuis quelques minutes. A la fin de la séance du Conseil des Etats, Moritz Leuenberger s'exprimera devant la presse sur les propos de Christoph Blocher. De nombreux parlementaires jouent les curieux. Le président de la Confédération réfléchit quelques secondes. Puis se lance. Il ne cache pas avoir été surpris par les déclarations du ministre de la Justice. Mais très peu d'autres commentaires: «Le Conseil fédéral examinera lors de sa prochaine séance cette question et étudiera la proposition de Christoph Blocher de supprimer la norme antiraciste.» Le magistrat socialiste a tout de même rappelé que cette norme avait été votée par le peuple. Cependant, Moritz Leuenberger a estimé que son collègue n'avait pas violé la séparation des pouvoirs.

Venu écouter «son» conseiller fédéral, le Genevois Carlo Sommaruga ne cachait pas sa déception: «J'attendais une position plus ferme, notamment sur la valeur de nos institutions.»

Quelques minutes auparavant, Pascal Couchepin avait eu un ton très différent: «Il me paraît inconcevable qu'un conseiller fédéral s'exprime comme le prétendent les journaux. Par conséquent, j'attends d'entendre les explications de M. Blocher», a-t-il déclaré à la Radio suisse romande. «Un ministre de la Justice ne peut pas parler de normes pénales existantes en disant que ça lui donne des maux de ventre. Il est là pour appliquer les lois et pas pour faire état de sa santé.» Et le ministre de l'Intérieur d'ajouter: «Certaines expressions pourraient être un danger
pour la démocratie si elles ont réellement été exprimées ainsi.» Quant à Micheline Calmy-Rey, elle s'est contentée de rappeler à la Télévision alémanique que la norme antiraciste était «une loi importante» et qu'elle devait être appliquée.

Interpellations au National et aux Etats

Les deux coprésidents du groupe Suisse-Arménie, Dominique de Buman et Ueli Leuenberger avaient eux élaboré une déclaration qui aurait dû être signée par tous les partis, sauf l'UDC bien sûr. Mais le président du Parti radical, Fulvio Pelli s'y est opposé arguant qu'il fallait cesser de faire le jeu de Blocher. Dans un premier temps d'accord avec la démarche commune, le chef du groupe PDC, Urs Schwaller a finalement proposé que les Verts, les socialistes et son parti fassent trois déclarations séparées. Mais les délais étaient trop courts. Rien ne
sera donc dit ce matin au parlement: «On a perdu toute la journée pour discuter avec des lâches», s'énerve Ueli Leuenberger. L'écologiste genevois déposera ce matin une interpellation au National. Alain Berset en fera de même aux Etats: «C'est scandaleux qu'un conseiller fédéral se rende en Turquie pour massacrer l'image de la Suisse», affirme le socialiste fribourgeois. Mais il n'y aura pas de réponse du Conseil fédéral avant décembre.

A 11 heures ce matin, juste après son retour d'Ankara Christoph Blocher donnera une conférence de presse. Officiellement pour «faire le bilan de son voyage en Turquie».
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website MSN Messenger ICQ Number
iminhokis
Wizards


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 3321

 PostPosted: Fri Oct 06, 2006 10:19 am    Post subject: Reply with quote Back to top

Quote:
Négationnisme : Les propos du conseiller fédéral Christoph Blocher suscitent colère et indignation en suisse

vendredi 6 octobre 2006, Stéphane/armenews
http://www.armenews.com/article.php3?id_article=25345




Les « maux de ventre » de Christoph Blocher donnent des maux de tête au monde politique suisse.

La déclaration a immédiatement provoqué des réactions en Suisse. Elle a suscité une certaine perplexité au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), qui a dû gérer plusieurs épisodes houleux entre Berne et Ankara. Ils feront très certainement l’objet d’une discussion au sein du Conseil fédéral, soulignent des proches du dossier. Le président du PDC, Christophe Darbellay, est scandalisé : « C’est précisément pour que l’Holocauste et d’autres génocides ne passent pas pour des détails de l’histoire et pour lutter contre l’extrême droite que la norme antiraciste existe ! »

« Ces propos scandaleux ne sont qu’une provocation de plus et Christoph Blocher n’a pas sa place dans le gouvernement helvétique », s’exclame Ueli Leuenberger (Verts, GE) avant d’annoncer son intention de déposer dès aujourd’hui une interpellation au Parlement.

Le ton est le même du côté de l’association Suisse-Arménie, dont le co-président, Sarkis Shakinian, se dit « consterné ». « Ce qui est arrivé dépasse les limites de la démocratie, souligne celui qui est aussi secrétaire général du groupe parlementaire Suisse-Arménie. Le chef du département de Justice et Police ridiculise la Suisse en la transformant en tapis rouge pour les pires négationnistes. »

Co-président avec Ueli Leuenberger du même groupe parlementaire Suisse-Arménie, Dominique de Buman ne cache pas non plus sa colère : « Le comportement de Christoph Blocher est indigne. » Selon le vice-président du PDC, le ministre de la Justice a voulu faire plaisir à la Turquie et à l’économie suisse, inquiète des tensions entre les deux pays. Le conseiller fédéral UDC veut aussi montrer qu’il a des contacts avec un pays musulman et donner un signe à son électorat : « En niant la norme antiraciste, il montre qu’il veut continuer à durcir toutes les lois contre les étrangers. » Ce qui choque également le Fribourgeois, c’est que Christoph Blocher n’a pas respecté la neutralité, la souveraineté et l’indépendance de la Suisse. « C’est scandaleux de critiquer notre ordre juridique à l’étranger. »

« C’est un véritable scandale, surenchérit Hans-Jürg Fehr, président du Parti socialiste. Il oublie que c’est le peuple suisse qui a voté cette norme. Et il ne respecte pas la neutralité. » Le conseiller national schaffhousois espère que le Conseil fédéral n’acceptera pas de tels propos. Pour lui aussi, « cet incident est une nouvelle preuve que Blocher n’a pas sa place au Conseil fédéral ».

Fulvio Pelli, président du Parti radical, est moins vindicatif : « Monsieur Blocher se trompe de cible. Le problème, c’est la justice suisse qui se lance dans des enquêtes qu’elle n’arrivera jamais à clôturer. » Le Tessinois ose espérer que le conseiller fédéral UDC a consulté ses collègues avant ses déclarations d’Ankara.

Les critiques de Christoph Blocher sur la norme pénale antiracisme ont également provoqué un tollé dans la presse suisse. En Turquie, la visite du conseiller fédéral n’a pas fait la "Une" des journaux, mais plusieurs articles lui ont été consacrés.

Les éditorialistes suisses ont exprimé leur indignation à la suite des déclarations à Ankara de M. Blocher sur l’article 261 bis du code pénal suisse, qui réprime notamment le négationnisme. Pour "24 Heures", le conseiller fédéral - qui envisage une modification dudit article - "a tout simplement envoyé un coup de poignard dans le dos de son pays et de ses institutions. Il se trompe de rôle en toute connaissance de cause".

Le "Quotidien jurassien" reproche au chef du Département fédéral de justice et police (DFJP) d’avoir "triplement dépassé les bornes". Il estime en outre que "M. Blocher s’est mis à plat ventre devant les Turcs dans la question arménienne et n’a pas fait avancer d’un iota la cause des Arméniens".

La remise en question de la norme antiracisme dans un pays comme la Turquie est une "provocation monstre", a pour sa part écrit le "Tages-Anzeiger". Pour la "Neue Luzerner Zeitung", le conseiller fédéral a indirectement soutenu la Turquie qui refuse de reconnaître le génocide arménien perpétré par l’Empire ottoman en 1915.

Par ses déclarations, le conseiller fédéral a montré "sa conception très volatile du respect des décisions populaires", peut-ont lire dans le "Temps", qui explique les circonstances agravantes de la critique par M. Blocher de l’article 261 bis.

"Qu’il le pense, c’est son droit. Qu’il l’exprime lors d’une séance du Conseil fédéral, c’est sa fonction". Le quotidien romand juge en revanche "inacceptable" qu’un membre du gouvernement se plaigne à l’étranger.

La "Neue Zürcher Zeitung" rejoint cette position, soulignant le droit du ministre de la justice de discuter publiquement une décision du peuple (la norme pénale antiracisme a été approuvée en 1994, ndlr)

Mais le faire à l’étranger implique, selon le quotidien, un danger d’éveiller des attentes qui ne peuvent pas par la suite être concrétisées en Suisse.


Last edited by iminhokis on Wed Mar 28, 2007 1:37 pm; edited 1 time in total
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website MSN Messenger ICQ Number
iminhokis
Wizards


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 3321

 PostPosted: Fri Oct 06, 2006 10:21 am    Post subject: Reply with quote Back to top

Quote:
L’association Suisse-Arménie critique les propos du chef du Département fédéral suisse de justice et police à Ankara

jeudi 5 octobre 2006, Stéphane/armenews
http://www.armenews.com/article.php3?id_article=25295




Les propos de Christoph Blocher en visite en Turquie mercredi 4 octobre 2006 contre de la norme pénale anti-racisme soulèvent des critiques en Suisse. L’association Suisse-Arménie a qualifié les déclarations du conseiller fédéral d’"irresponsables".

"L’association Suisse-Arménie regrette de telles déclarations irresponsables", a indiqué son co-président Sarkis Shahinian. "Elles sont d’une gravité inouïe et portent atteinte à l’indépendance de la Suisse", a-t-il ajouté. Selon lui, le chef du Département fédéral de justice et police (DFJP) "ridiculise la Suisse en la transformant en tapis rouge pour les pires négationnistes. Et il se ridiculise lui-même en définissant Yusuf Halacoglu d’éminent historien turc."
(JPEG)

Lors de sa visite en Turquie mercredi, M. Blocher avait regretté que l’article 261 bis du code pénal suisse, qui réprime notamment le négationnisme, ait conduit à une enquête en Suisse contre l’historien turc Yusuf Halacoglu pour ses propos sur le génocide arménien. L’enquête, lancée en mai 2005, faisait suite à une plainte de l’association Suisse-Arménie.

"Cet article me fait mal au ventre", a affirmé le chef du Département fédéral de justice et police. Il a été adopté en 1994 pour empêcher des propos négationnistes relatifs à l’Holocauste. "Personne n’aurait alors pensé qu’il traînerait en justice un éminent historien turc", a estimé M. Blocher en invoquant la liberté d’expression. Le DFJP "examine ce qu’il peut faire pour que cela ne se reproduise pas", a ajouté le ministre.

La justice suisse a ouvert en mai et en juillet 2005 des enquêtes contre deux personnalités turques - l’historien Yusuf Halacoglu et le politicien Dogu Perinçek - pour déterminer si des propos tenus en Suisse sur le génocide arménien violent la norme antiracisme.

Le Conseil national et des parlements cantonaux ont reconnu le génocide arménien perpétré par l’armée ottomane. "Nous sommes persuadés que la solution d’une commission internationale d’historiens est la bonne", a estimé le ministre.

Le Premier ministre turc a récemment proposé l’établissement d’une commission mixte d’historiens sur cette question. Interrogé samedi 30 septembre 2006 à ce sujet, Robert Kotcharian a proposé la création d’une commission intergouvernementale "qui pourrait revenir sur toutes ces questions, y compris la création d’une commission d’historiens".

Georg Kreis, président de la Commission fédérale contre le racisme, a également critiqué les propos de M. Blocher. Une nouvelle fois le conseiller fédéral déroge au principe de la séparation des pouvoirs, a-t-il estimé.

"En tant que citoyen suisse, cela me dérange d’apprendre via des informations venant de l’étranger que des changements de la législation suisse sont envisagés", a par ailleurs relevé le président.
(JPEG)

Christophe Darbellay, président du Parti démocrate-chrétien (PDC), a également exprimé son mécontentement : « C’est curieux de voir un ministre de la Justice aller dans un pays, qui n’est pas exactement un modèle en matière de respect des droits humains, pour y critiquer une décision du Parlement. »

Felix Gutzwiller, chef du groupe radical, exclut lui aussi toute modification de la norme antiracisme. Le député a toutefois admis que la loi est récente et que son application peut s’avérer délicate.

Du côté de l’Union démocratique du centre (UDC, droite nationaliste), le parti de M. Blocher, le président Ueli Maurer, n’a voulu se prononcer ni sur la loi antiracisme ni sur les déclarations du conseiller fédéral.

Avant de quitter Ankara pour la Suisse, M. Blocher a déposé une gerbe au mausolée de Mustafa Kemal Atatürk.
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website MSN Messenger ICQ Number
iminhokis
Wizards


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 3321

 PostPosted: Mon Feb 05, 2007 3:58 pm    Post subject: Reply with quote Back to top

Quote:


Le conseiller fédéral suisse Pascal Couchepin entame une visite d’une semaine en Turquie

lundi 5 février 2007, Stéphane/armenews


Quatre mois après la visite de Christoph Blocher à Ankara, le conseiller fédéral Pascal Couchepin entame lundi un séjour de cinq jours en Turquie.

Il négociera un accord de rapatriement des biens culturels et se rendra dans le sud-est du pays, région à majorité kurde.

Le chef du Département fédéral de l’intérieur (DFI) rencontrera lundi à Ankara le ministre turc de la culture Atilla Koç pour négocier un accord de rapatriement des biens culturels. La Turquie est le troisième pays, après le Pérou et l’Italie l’année dernière, avec lequel un tel accord pourrait être conclu.

Ces accords permettent de protéger le patrimoine culturel étranger en réglant l’importation de ces biens en Suisse. La Suisse est le quatrième marché d’art au monde après les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France, selon le DFI. Le secteur pèse plusieurs milliards de francs.

Au Kurdistan

Mardi, Pascal Couchepin rencontrera les ministres de l’éducation Hüseyin Celik, du travail et des affaires sociales Murat Basesgioglu et le ministre d’Etat Mehmet Aydin, notamment responsable du dialogue interculturel. Il rendra une visite de courtoisie au Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan.

Le conseiller fédéral se rendra mercredi et jeudi dans le sud-est du pays, à population majoritairement kurde. Il rencontrera des représentants des autorités locales et visitera des sites culturels et historiques ainsi que des projets de coopération soutenus par Berne. Vendredi, le chef du DFI s’entretiendra avec des intellectuels turcs à Istanbul.

Ce séjour intervient quatre mois après la visite à Ankara de Christoph Blocher, qui avait alors critiqué la norme pénale contre le racisme, déclarant que ce texte lui donnait des « maux de ventre ». Le conseiller fédéral avait regretté que l’article 261 bis du code pénal suisse ait conduit à une enquête en Suisse contre un historien turc pour ses propos sur le génocide arménien.

« Inacceptable »

Les déclarations de Christoph Blocher avaient suscité l’indignation en Suisse. Premier conseiller fédéral à réagir, Pascal Couchepin avait jugé « inacceptable » l’attitude de son collègue.

La justice suisse a ouvert en 2005 des enquêtes contre l’historien turc Yusuf Halacoglu et le politicien turc Dogu Perinçek pour déterminer si des propos tenus en Suisse sur le génocide arménien perpétré entre 1915 et 1917 dans l’Empire ottoman violent la norme antiraciste. M. Perinçek sera jugé en mars à Lausanne.

La question du génocide arménien a été à l’origine ces dernières années du report ou de l’annulation de visites en Turquie des conseillers fédéraux Micheline Calmy-Rey et Joseph Deiss. La cheffe de la diplomatie s’était finalement rendue dans la capitale turque en mars 2005.
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website MSN Messenger ICQ Number
iminhokis
Wizards


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 3321

 PostPosted: Mon Feb 05, 2007 7:49 pm    Post subject: Reply with quote Back to top

Quote:
Monsieur le Conseiller Fédéral,


En ces jours de deuil du journaliste arménien de Turquie (comme il aimait se qualifier),
M. Hrant Dink, permettez-moi de vous soumettre ces quelques réflexions d'une persone meurtrie par cette disparition tragique.

Il a été assassiné pour ses idées et parce qu'il était Arménien. Il a été "supprimé" parce qu'il avait été le porte-parole du génocide des Arméniens. Il a été mis à mort par un jeune mineur au cerveau lavé par la campagne de "lynchage public" des milieux ultranationalistes qui confondent le patriotisme positif avec ce nationalisme négatif, aveugle et paranoïaque dont le but final et non-avoué est de "terminer" le travail d'épuration ethnique commencée à la fin du 19. siècle envers les non-musulmans de l'Empire Ottoman, avec un sommet de l'horreur en 1915. La Turquie aux Turcs.

Ce génocide d'un peuple plusieurs fois millénaire sur ces mêmes terres, est un fait sur lequel la grande majorité des historiens internationaux (pas les fonctionnaires salariés, mandatés pour réécrire l'Histoire d'une jeune République Turque "pure et juste") sont unanimes. Emboîtant le pas à ces historiens (et non pas en "faisant" l'histoire comme certains le font croire), plus d'une vingtaine d'Etats et d'Organisations Internationales ont reconnu ce génocide, toujours nié par la Turquie. Or, la négation ou le déni fait partie intégrante du processus génocidaire et en est l'étape ultime, le dernier chapitre de ce crime contre l'humanité. Avec le raisonnement de ceux qui ne veulent plus revivre ces crimes, cette négation, apparentée intimement au crime, ne fait pas partie ou ne devrait pas faire partie de la libre expression si chère à nos démocraties sans laquelle les communications entre les personnes sont en panne. D'ailleurs dans plusieurs législations, dont la nôtre, le déni n'est pas une opinion mais un délit.

Il se trouve que les mêmes personnes physiques qui, pendant des mois, ont systématiquement accablé, menacé, attisé, canalisé publiquement les haines de leurs troupes contre M. Hrant Dink en Turquie, sont également venus bafouer nos lois chez nous. Aujourd'hui, une partie des Turcs ne partage pas leurs idées extrémistes et l'ont brillamment démontré lors des funérailles de M. Hrant Dink.

Je vous demande de renforcer et de rendre plus efficace notre article de loi 261bis plutôt que d'essayer de le vider de sa substance. Autrement, vous aurez d'autres Hrant Dink qui tomberont, ici, chez nous, quand les hordes de loup, se sentant impunies, intouchables, reviendront ou enverront leurs zombies téléguidées, transformant votre mal de ventre en une indigestion d'injustice.

"L'injustice commise quelque part est une menace pour la justice n'importe où."

Martin Luther King Jr

Avec mes respects,
Robert Cabi-Akman
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website MSN Messenger ICQ Number
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum