www.armenian.ch www.armenian.ch
All Good-Willed Armenians


Manifestations / Hommage Talat Pascha, extremistes turcs

 
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide
View previous topic :: View next topic  
iminhokis
Wizards


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 3321

 PostPosted: Sun Mar 19, 2006 11:33 am    Post subject: Manifestations / Hommage Talat Pascha, extremistes turcs Reply with quote Back to top

COMMUNIQUE DE PRESSE
Des manifestations sobres et dignes pour s’opposer aux extrémistes turcs


Le combat contre le négationnisme turc en Europe ne fait que commencer
jeudi 16 mars 2006, Stéphane/armenews





PARIS - 15 mars 2006 - 22:00

Plus de 500 personnes ont répondu à l’appel lancé par un Collectif de 29 associations de la société civile appelant à protester le mercredi 15 mars à 18H30 contre les commémorations de Berlin. Du 15 au 19 mars, des groupes d’ultra-nationalistes turcs honorent en effet dans la capitale allemande, la mémoire de Talaat Pacha ordonnateur du génocide arménien de 1915.

Le rassemblement s’est tenu à 100 mètres de l’Ambassade d’Allemagne, devant le mémorial du génocide arménien. La scène, placée à gauche de la statue du compositeur arménien Komitas, était surplombée d’une immense fresque de 4 m/4, œuvre picturale saisissante de Dibar Apartian (Dibasar) symbolisant le génocide arménien et sur laquelle était écrit : « Plus jamais ça ». « Talaat Pacha, le Hitler turc » et « Génocide arménien ».

Des panneaux individuels, distribués aux manifestants, soulignaient la tonalité générale : « 91 ans de déni, ça suffit ! », « le Hitler turc honoré à Berlin : Stop à la honte ! », « Le bourreau du peuple arménien honoré à Berlin », « Négationnisme : plus jamais ça en Europe ».

La manifestation organisée par le Collectif VAN, les Amis de NAM, l’ASPA, l’UCFAF, SFA, la JAF, l’UGAB, l’AGLA, etc. était placée sous l’égide du CCAF et avait reçu le soutien de nombreuses associations de défense de Droits de l’Homme ou de lutte contre l’Etat fasciste turc.

Chacun des intervenants a dénoncé le déni turc, l’arrogance de la politique d’Ankara et l’affront fait aux idéaux européens. Séta Papazian, Présidente du Collectif VAN, a rappelé le contexte de cette Grande Opération 2006 du Comité Talaat Pacha et a fait part des derniers retournements de situation. Elle a mentionné le message de soutien du Dr Tessa Hofmann et a salué le courage de la militante allemande des Droits de l’Homme qui s’était opposée le matin même aux extrémistes turcs à Berlin.

Alexis Govciyan, Président du CCAF, a souligné l’impact de l’union des forces face à l’adversité, le Dr Yves Ternon, Historien, a rappelé le cadre historique des faits, Kamouran Ji Ki Kan, Vice-Président de l’Institut kurde de Paris, a exprimé la colère que lui inspire la politique d’un Etat turc indigne de l’Europe.

Philippe Benassaya, 1er Vice-Président de la LICRA, s’est inquiété du peu de place accordé à l’enseignement du génocide arménien dans les manuels scolaires français et s’est engagé à lutter fermement contre cette injustice. Evagoras Mavrommatis, au nom du Conseil des Communautés Chypriotes de France, a rappelé la similitude des combats arménien et chypriote contre l’oppresseur turc.

Puis, lecture a été faite par Michaël Papazian, Vice-Président du Collectif VAN, du texte de soutien du militant turc Ali Ertem, dénonçant avec force la Grande Opération 2006 : « Cette action est en même temps un indicateur clair que la République de Turquie n’a pas abandonné l’idée de génocide, concept qu’elle a repris du parti Union et Progrès. La République turque montre par ce comportement qu’elle est un obstacle à la paix et à la démocratie aussi bien en Europe qu‘au Moyen Orient. Ceux qui honorent les génocideurs à cause de leurs crimes contre l’humanité sont eux-même prêts à se transformer en meurtriers et à commettre un génocide ».*

Enfin, Ara Toranian, rédacteur en chef des Nouvelles d’Arménie Magazine, est intervenu à la tribune, pour exprimer avec force et émotion, les sentiments de révolte, de dégoût et d’écœurement présents chez tous les manifestants.

Le rassemblement s’est achevé par la lecture de la Motion** commune aux trois manifestations se déroulant à la même heure en France et adressée aux représentations allemandes de Paris et Marseille, ainsi qu’à la Prefecture de la Drôme pour Valence.

·©Traduction Collectif VAN ·** Motion jointe au mail
VALENCE - 15 mars 2006 - 22 :00

200 personnes environ se sont réunies devant la Préfecture de la Drôme autour de la bannière du Collectif VAN. Etaient notamment présents : le député de la Drôme, Patrick Labaune, revenu spécialement de l’Assemblée Nationale pour être présent à la manifestation, sa suppléante, Marlène Mourier qui montre une continuité dans son attachement à la cause arménienne, Léna Balsan, Maire de Valence, qui a reconnu officiellement le République du Karabagh à l’occasion de la venue de son président, et Noubar Kechichian, adjoint au Maire. De nombreux Présidents d’associations locales ont tenu à marquer de leur présence ce rassemblement de protestation qui a pris fin avec le dépôt d’une motion à la Préfecture de la Drôme. Le Préfet, qui a reçu la délégation, a tenté de calmer l’inquiétude des représentants de la Communauté arménienne en leur certifiant qu’ils pourraient toujours célébrer le 24 avril sans crainte...
MARSEILLE - 15 mars 2006 - 22 :00

300 personnes ont répondu à l’appel du CCAF Marseille, pour un rassemblement avenue du Prado devant le Consulat allemand. Ont pris la parole : le CRIF Marseille/Provence, avec une intervention de son Président Isidore Aragones, et le représentant du MRAP. A noter également la présence de Monsieur Dahan, Vice-Président de la section locale de la LICRA.

De nombreuses autres associations étaient venues apporter leur soutien : les Assyro-Chaldéens, Mémoire pour la Paix, le KKL, les Chypriotes de France, ainsi que les Conseillers généraux PS Denis Rossi et Henri Gibrayel. Des panneaux individuels, identiques à ceux de la manifestation parisienne, ont été distribués aux manifestants et soulignaient l’unité de ton des manifestations initiées en France par ce Collectif de 29 associations de la société civile.

Une délégation avec à sa tête Pascal Chamassian, Président du CCAF, a été reçue par le Consul allemand Monsieur Görg Ckhan. Ce dernier a expliqué que la demande d’interdiction de la manifestation de Berlin émanant de la police berlinoise est en fait la position officielle de l’Etat fédéral allemand. Mais que ce dernier ne peut s’immiscer dans la décision juridique du tribunal administratif qui a levé l’interdiction. La police de Berlin ayant elle aussi fait appel de cette décision ce mercredi 15, le verdict sera rendu définitivement le 17 mars. Mais, en tout état de cause, il ne concernera pas le Colloque à la mémoire de Talaat, qui se tiendra malgré tout le 19 mars.

La presse régionale des Bouches-du-Rhône (La Provence & La Maseillaise) ainsi que la radio alternative Radio-Galère ont couvert l’événement.
MOTION DU 15 MARS 2006

Du 15 au 19 mars à Berlin, des groupes ultranationalistes turcs, téléguidés par Ankara, commémorent la mémoire de Talaat Pacha, le « Hitler » turc, ordonnateur du génocide des Arméniens qui fit 1,5 million de victimes en 1915.

Non contents d’honorer la mémoire d’un criminel contre l’Humanité, ces relais du négationnisme turc réclament l’abrogation de résolutions et de lois votées par les parlements nationaux européens en faveur de la reconnaissance du génocide arménien, ainsi que le retrait de toute mention relative à ce génocide dans les livres scolaires.

Ces manifestations en l’honneur de Talaat se dérouleront en Allemagne, terre qui a su revenir sur son passé, reconnaître ses crimes et demander pardon au peuple juif. Comment cette Allemagne qui a retrouvé sa dignité par l’aveu de ses fautes, comment cette Europe qui a été le témoin de la Shoah, peuvent-elles accepter que l’on se livre sur leur sol à l’apologie d’un crime contre l’Humanité ? Que l’on célèbre sur leur sol la mémoire de Talaat comme on célèbrerait la mémoire d’Hitler ?

Les associations signataires, issues de la société civile, s’élèvent contre cette nouvelle agression des forces négationnistes turques sur cette terre de droit qu’est l’Europe.

Elles s’insurgent contre la passivité complice et le manque de courage de l’Etat allemand et des Etats membres de l’Union face à l’ingérence, dans les décisions de parlements européens souverains, de forces politiques étrangères pilotées par un Etat tiers.

Elles s’opposent à cette politique négationniste de l’Etat turc qui, en voulant effacer les traces et le souvenir des génocides perpétrés par l’Empire ottoman, vise à imposer à l’Union européenne le reniement de ses valeurs fondamentales.

Les associations signataires demandent :

- à tous les Etats membres de l’Union européenne, d’intervenir auprès des autorités turques pour qu’elles mettent un terme à cette campagne négationniste de grande ampleur visant - entre autres - à l’apologie d’un criminel contre l’Humanité, Talaat Pacha ;

- à tous les Etats membres de l’Union européenne de légiférer pour protéger les citoyens européens d’un activisme arménophobe fondé sur la haine et le déni d’un génocide impuni ;

- au gouvernement allemand d’interdire définitivement ces commémorations, indignes de son honneur retrouvé, qui insultent à la fois les descendants du million et demi de victimes du génocide arménien, les défenseurs des Droits de l’Homme et tous ceux qui, en Europe et en Turquie, luttent - souvent au prix de leur vie ou de leur liberté -, pour le respect de la mémoire, de la Justice et de la Démocratie.

Cette motion est présentée par :

Les associations signataires :

Collectif VAN (Vigilance Arménienne contre le Négationnisme), Association des Amis des Nouvelles d’Arménie Magazine, Association de Soutien aux Patriotes Arméniens (ASPA), Union Générale Arménienne de Bienfaisance (UGAB), Jeunesse Arménienne de France (JAF), Union Culturelle des Arméniens de France (UCFAF), Association des Gays et Lesbiennes Arméniens (AGLA), Solidarité Franco-Arménienne (SFA), Union Culturelle des Arméniens de Montreuil (UCFAM), Le Cercle Européen Komitas (Fraternelle européenne des Arménophiles) AVEC LE SOUTIEN DE : Conseil de Coordination des Organisation Arméniennes de France (CCAF), Conseil Communautaire de Nice-Côte d’Azur, Club des Arméniens de Grenoble, Menez Ararat, L’Association Suisse-Arménie (ASA) Conseil des Communautés Chypriotes de France, Europe de la Mémoire, Mémoire 2000, J’Accuse, Ligue Internationale contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA), Organisation des Assyro-Chaldéens de France, Ali Ertem, Président du SKD (Association contre les Génocides - Allemagne), Dr Tessa Hofmann, Présidente du Groupe de Travail Reconnaissance (AGA-Allemagne), Union des Etudiants Juifs de France (UEJF)

VALENCE Collectif VAN/Valence Les Associations de la Coordination Drôme-Ardèche

MARSEILLE CCAF Marseille CRIF Marseille Mémoire pour la Paix

CONTACT : Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]Boîte vocale : 08 70 72 33 46 contact@collectifvan.orgCollectif VAN - BP 20083 - 92133 Issy-les-Moulineaux Cedexwww.collectifvan.org


Last edited by iminhokis on Mon Mar 20, 2006 3:52 pm; edited 3 times in total
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website MSN Messenger ICQ Number
iminhokis
Wizards


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 3321

 PostPosted: Sun Mar 19, 2006 11:34 am    Post subject: Reply with quote Back to top

Quote:

http://www.agla.info/site/item.php?l=FR&sr=4&id=423
Les associations arméniennes manifestent contre les commémorations de Talaat à Berlin
16-03-2006

Plus de cinq cent personnes se sont réunies mercredi 15 mars dans la soirée devant l’ambassade d’Allemagne à Paris pour protester contre les provocations du négationnisme turc. L’appel a été lancé par le Collectif VAN, la JAF, l’UCFAF, l’UGAB, l’ASPA, l’AGLA et les amis de NAM. Les associations ont réagi à la tenue à Berlin d’une manifestation en hommage à Talaat Pacha, l’organisateur du génocide des Arméniens. Des rassemblements similaires se sont déroulés à Marseille et à Valence.

« Négationnisme : plus jamais ça en Europe. Le Hitler turc honoré à Berlin », « 91 ans de déni, ça suffit ! » pouvait-on lire sur les nombreuses pancartes des manifestants.

Seta Papazian, du collectif VAN, a décrit les derniers événements en Allemagne. « La Police de Berlin a fait appel de la décision du juge qui a estimé que les manifestations n’étaient pas une offense aux victimes. La réponse est attendue pour vendredi. En revanche le colloque du 19 mars à la mémoire de Talaat Pacha est maintenu. » Huées dans la foule.

Alexis Govciyan, du CCAF, a pris la parole : « nous sommes ici car le mal absolu est aujourd’hui célébré à Berlin et en Turquie. Nous sommes ici pour une riposte intellectuelle, civile. »

L’historien Yves Ternon est intervenu pour rappeler que Talaat Pacha fut condamné à mort par contumace à Istanbul en 1919 et abattu à Berlin par un Arménien que le tribunal a acquitté, après un procès qui conduisit le juriste Rafael Lemkin à former le concept de génocide.

La LICRA est venu apporter son soutien à la manifestation. Son porte-parole a affirmé que pour l’association, « le génocide arménien doit être enseigné dans les écoles de la République ».

Ara Toranian, le rédacteur en chef des Nouvelles d’Arménie magazine, a mis en cause le laxisme des instances européennes qui donnent des « ailes à ceux qui envisagent leur intégration à l’Europe comme une conquête du vieux continent ». Il a également évoqué la puissance du comité Talaat, « une structure obscure, composée d’industriels, de magistrats, de militaires, disposant d’un budget de 1.5 millions d’euros et qui n’est autre que l’Etat profond de Turquie ». Il a appelé à la vigilance de l’Europe face à la montée du négationnisme turc. « Le fascisme ne passera pas » a-t-il déclaré haut et fort.

Seta Papazian a ensuite pris la parole pour lire une motion déposée à l’ambassade d’Allemagne. La communauté arménienne de France demande aux « Etats membres d’intervenir auprès des autorités turques pour mettre un terme à cette campagne négationniste de grande ampleur ».

« La vigilance est l’affaire de tous. Nous devons tous être investi dans cette mission. C’est l’avenir de nos enfants qui est en jeu » ont été ses derniers mots.

-----

Repris sur le site de Nouvelles Arménie Magazine

Crédit Photo Yevrobatsi.org

Source: Collectif VAN
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website MSN Messenger ICQ Number
iminhokis
Wizards


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 3321

 PostPosted: Sun Mar 19, 2006 11:36 am    Post subject: Reply with quote Back to top

Quote:

http://www.gamkonline.com/detail.php?r=0&id=1872&l=fr

16-03-2006
Manifestations contre le comité Talaat

Environ 400 personnes se sont rassemblées hier soir aux abords de l’ambassade d’Allemagne à Paris pour protester contre les commémorations organisées cette semaine à Berlin par des organisations nationalistes turques visant à honorer la mémoire de Talla, le principal responsable du génocide arménien de 1915.
Le rassemblement, qui s’est tenu devant la statue de Komitas, surplombée d’une fresque sur laquelle était inscrit notamment Talaat Pacha le Hitler turc, était organisé par le Collectif VAN, les Amis de NAM, l’ASPA, l’UCFAF, SFA, la JAF, l’UGAB, l’AGLA, notamment et placée sous l’égide du CCAF. Il avait reçu le soutien de nombreuses associations de défense de Droits de l’Homme ou de lutte contre l’Etat fasciste turc.
Chacun des intervenants a dénoncé le déni turc, l’arrogance de la politique d’Ankara et l'affront fait aux idéaux européens. Séta Papazian, Présidente du Collectif VAN, a ouvert les discours pour rappeler la campagne négationniste du génocide arménien menée par le comité Talaat Pacha contre laquelle s’est notamment opposée à Berlin le Dr Tessa Hofmann, présidente du comité de reconnaissance du génocide arménien en Allemagne.
Ont ensuite pris la parole tour à tour Alexis Govciyan, Président du CCAF, l’historien Yves Ternon, Kamouran Ji Ki Kan, Vice-président de l’Institut kurde de Paris, Philippe Benassaya, 1er Vice-président de la LICRA, Evagoras Mavrommatis, au nom du Conseil des Communautés Chypriotes de France puis Ara Toranian, rédacteur en chef des Nouvelles d’Arménie Magazine.
Lecture a également été faite du texte de soutien adressé par Ali Ertem, président de l’association des turcs d’Allemagne qui se battent pour la reconnaissance du génocide et contre le négationnisme d’état de la Turquie, qui a dénoncé avec force l’Opération Talaat lancé par le comité du même nom.
« Cette action est un indicateur clair que la République de Turquie n’a pas abandonné l’idée de génocide, concept qu’elle a repris du parti Union et Progrès » indique Ali Ertem dans sa lettre. La République turque montre par ce comportement qu’elle est un obstacle à la paix et à la démocratie aussi bien en Europe qu‘au Moyen Orient poursuit-il et ceux qui honorent les génocideurs à cause de leurs crimes contre l’humanité sont eux-mêmes prêts à se transformer en meurtriers et à commettre un génocide » conclu la lettre adressée par Ali Ertem.
Deux autres rassemblements de protestation étaient organisés hier en France au même moment, l’un à Valence, l’autre à Marseille, pour rappelons-le dénoncer l’organisation à Berlin cette semaine de cérémonies et de manifestations à la mémoire de Talaat. Une opération négationniste du génocide arménien, dont le coup d’envoi a bien été donné hier dans la capitale allemande, alors que lundi, la police avait interdit les manifestations turques de Berlin, expliquant son interdiction par le fait que celles-ci seraient une insulte faite aux Arméniens. Mais la justice allemande, saisie par les organisations turques a levée cette interdiction, ouvrant la voie au négationnisme turc.

MOTION DU 15 MARS 2006
Du 15 au 19 mars à Berlin, des groupes ultranationalistes turcs, téléguidés par Ankara, commémorent la mémoire de Talaat Pacha, le « Hitler » turc, ordonnateur du génocide des Arméniens qui fit 1,5 million de victimes en 1915.
Non contents d’honorer la mémoire d’un criminel contre l’Humanité, ces relais du négationnisme turc réclament l’abrogation de résolutions et de lois votées par les parlements nationaux européens en faveur de la reconnaissance du génocide arménien, ainsi que le retrait de toute mention relative à ce génocide dans les livres scolaires.
Ces manifestations en l’honneur de Talaat se dérouleront en Allemagne, terre qui a su revenir sur son passé, reconnaître ses crimes et demander pardon au peuple juif. Comment cette Allemagne qui a retrouvé sa dignité par l’aveu de ses fautes, comment cette Europe qui a été le témoin de la Shoah, peuvent-elles accepter que l’on se livre sur leur sol à l’apologie d’un crime contre l’Humanité ? Que l’on célèbre sur leur sol la mémoire de Talaat comme on célèbrerait la mémoire d’Hitler ?
Les associations signataires, issues de la société civile, s’élèvent contre cette nouvelle agression des forces négationnistes turques sur cette terre de droit qu’est l’Europe.
Elles s’insurgent contre la passivité complice et le manque de courage de l’Etat allemand et des Etats membres de l’Union face à l’ingérence, dans les décisions de parlements européens souverains, de forces politiques étrangères pilotées par un Etat tiers.
Elles s’opposent à cette politique négationniste de l’Etat turc qui, en voulant effacer les traces et le souvenir des génocides perpétrés par l’Empire ottoman, vise à imposer à l’Union européenne le reniement de ses valeurs fondamentales.
Les associations signataires demandent :
- à tous les Etats membres de l’Union européenne, d’intervenir auprès des autorités turques pour qu’elles mettent un terme à cette campagne négationniste de grande ampleur visant - entre autres - à l’apologie d’un criminel contre l’Humanité, Talaat Pacha ;
- à tous les Etats membres de l’Union européenne de légiférer pour protéger les citoyens européens d’un activisme arménophobe fondé sur la haine et le déni d’un génocide impuni ;
- au gouvernement allemand d’interdire définitivement ces commémorations, indignes de son honneur retrouvé, qui insultent à la fois les descendants du million et demi de victimes du génocide arménien, les défenseurs des Droits de l’Homme et tous ceux qui, en Europe et en Turquie, luttent - souvent au prix de leur vie ou de leur liberté -, pour le respect de la mémoire, de la Justice et de la Démocratie.
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website MSN Messenger ICQ Number
iminhokis
Wizards


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 3321

 PostPosted: Sun Mar 19, 2006 11:37 am    Post subject: Reply with quote Back to top

Quote:
GENOCIDE
Textes des lettres de soutien reçues par le Collectif d’Associations du 15 mars 2006 :


vendredi 17 mars 2006, Stéphane/armenews




Tessa Hofmann

Chers amis,

Recevez de Berlin nos salutations solidaires. Aujourd’hui de 10 à 14 heures, nous nous sommes réunis devant un monument de Berlin-Charlottenbourg qui a été érigé à la mémoire des victimes du National-Socialisme. Ce monument se trouve à côté du lieu où il y a 85 ans un jeune vengeur arménien, Soghomon Telirian, a abattu l’ex-ministre de l’intérieur de l’empire ottoman, Mehmet Talat. L’année dernière déjà, des nationalistes turcs ont profané ce monument en y déposant une gerbe le jour de la mort de Talat. Leur intention est claire : Ils veulent transformer en martyr cet homme politique nationaliste, principal responsable de l’assassinat de 1,5 millions d’Arméniens, de centaines de milliers de chrétiens qui parlaient l’araméen et de dizaines de milliers de grecs-pontiques. Pour moi, en tant qu’Allemande, il est insupportable que l’on honore dans mon pays des génocideurs qui dans leur patrie ont été condamnés pour crimes contre l’humanité. Et c’est une honte encore plus grande que ceci puisse se passer à l’endroit où normalement on doit commémorer les victimes de la violence d’un état. Deux de mes oncles sont aussi de ces victimes depuis qu’ils ont été abattus par des SA.

En 2005, je ne suis pas parvenue à intervenir juridiquement contre la commémoration officielle du génocideur Talaat. Cette fois, le parquet de Berlin a rejeté ma plainte. Par un faux libéralisme, les autorités tolèrent ( ?) maintenant pour la deuxième fois une manifestation de nationalistes turcs. Les organisateurs de ces opérations sont des personnes et des associations qui depuis l’an 2000 lancent l’offensive et qui possèdent des liens avec l’état profond, l’élite au pouvoir en Turquie. Aujourd’hui, ces ultranationalistes proposent à la jeunesse comme figures d’identifications ou « martyrs nationaux » des génocideurs comme Talaat, Enver, Cemal ou des violeurs d’enfants comme l’ex gouverneur de Trabzon, Cemal Azmi. Ils essaient de faire un mauvais usage des problèmes sociaux et d’intégrations que connaissent ces jeunes Européens d’origine turcs pour les dresser contre une autre minorité, la minorité ’arménienne, et contre la majorité de la population en Suisse, en Allemagne et en France. Dans l’appel qui a accompagné le « Grand Projet » 2006 il a été dit que Berlin devrait brûler comme Paris si le gouvernement allemand et le public n’acceptaient pas les exigences de ces ultranationalistes. Lors d’une conférence de presse à Berlin un des porte-parole a même menacé le public allemand de « destruction ».

Quelles conséquences devons-nous en tirer ?

- Nous avons besoin de prendre des initiatives juridiques coordonnées au niveau européen pour pénaliser le négationisme. Le fait de reconnaître le génocide comme un fait historique ne suffit pas. C’est un début et en aucun cas le point final de cette problématique du génocide.

- Nous avons besoin dans le même temps d’une éducation renforcée sur le génocide aussi dans les écoles que dans les cursus pour adultes. Ce travail éducatif doit couvrir tous les cas du 20 ème siècle, y compris le génocide des Arméniens. Il doit également traiter des crimes coloniaux commis par nos états européens et prendre en compte ceux commis à l’égard des musulmans européens durant les années 1990. Cette éducation sur le génocide dans les métropoles européennes doit être multiculturelle. Nous devons remplacer l’agitation par l’information et les discours de haines par le dialogue.

© Traduction :Veille-Media du Collectif VAN

Ali Ertem

Verein der Völkermordgegner e.V. Frankfurt / Main Soykirim Karsitlari Dernegi (SKD)

Pour les peuples civilisés, le génocide des Arméniens est un fait historique qui doit être condamné dans la conscience publique. La république de Turquie continue malgré tout à nier les crimes de génocide commis à l’encontre de la population chrétienne aussi bien dans l’empire ottoman durant les années 1915-1918 que lors de la création de la république dans les années 1919-1923. Au lieu de reconnaître ces faits historiques et de demander pardon aux victimes elle cherche une issue exclusivement dans l’escalade d’une propagande mensongère et diffamatoire. Face à la pression croissante de l’opinion publique, les actes de génocide contre les Arméniens, les Grecs et les orthodoxes syriaques sont qualifiés d’exil et propagés avec les arguments les plus illogiques, c’est à dire « dans les circonstances de l’époque c’était une décision incontournable ». Que ces mensonges démagogiques n’aient aucun effet sur l’opinion publique démocrate qui est consciente du fait historique augmente l’agressivité de l’élite dirigeante turque (...).

L’operation 2006 qui rappelle la provocation infatigable des fachistes Nazis ne peut pas simplement être perçue comme une déclaration de guerre aux peuples victimes du génocide et un nouveau défi. Cette action est en même temps un indicateur clair que la république de Turquie n’a pas abandonné l’idée de génocide, concept qu’elle a repris du parti Unité et progrès. La république turque montre par ce comportement qu’elle est un obstacle à la paix et à la démocratie aussi bien en Europe qu‘au Moyen Orient. Ceux qui honorent les génocideurs à cause de leurs crimes contre l’humanité sont eux-mêmes prêts à se transformer en meurtriers et à commettre un génocide. Personne ne peut douter du fait que ceux font de Talat, enver, Bahaddin, Topal Osman des « martyrs divins » et des « ancêtres glorieux » de la nation turque, concoctent de nouveaux projets sanglants. Aujourd’hui le peuple kurde qui est devenu la cible de ces attaques génocidaires est actuellement dans une phases les plus critiques de son histoire.Si les états surtout la République fédérale d’Allemagne et le Parlement européen qui ont reconnu le génocide des Arméniens laissent passer cette provocation sans prendre de contre-mesures, ils donneront l’impression d’avoir pris cette décision seulement pour les apparances, pour apaiser l’opinion publique. (...)

L’operation Talat Pacha de berlin est une provocation génocidaire. Qu’ils soient Turcs, Kurde, Sunnit ou Alevi, toute personne qui respecte les droits de l’homme doit se garder de tomber dans le piège des provocateurs rassistes et honorer un génocideur. La place des démocrates qui respectent les droits et les libertés de l’homme est au côté des victimes du génocide, du droit et de la justice. Honorer la mémoire de Talaat Pascha revient à adorer Hitler.

© Traduction :Veille-Media du Collectif VAN
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website MSN Messenger ICQ Number
iminhokis
Wizards


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 3321

 PostPosted: Sun Mar 19, 2006 11:52 pm    Post subject: Reply with quote Back to top

Quote:

http://www.armenews.com/rubrique.php3?id_rubrique=81&date=2006-03-16&annee=2006&mois=03&jour=16
Les news du jeudi 16 mars

PARIS
Manifestation contre le négationnisme turc

Plus de cinq cent personnes se sont réunies mercredi 15 mars dans la soirée devant l’ambassade d’Allemagne à Paris pour protester contre les provocations du négationnisme turc.
L’appel a été lancé par le Collectif VAN, la JAF, l’UCFAF, l’UGAB, l’ASPA, l’AGLA et les amis de NAM. Les associations ont réagi à la tenue à Berlin d’une manifestation en hommage à Talaat Pacha, l’organisateur du génocide des Arméniens. Des rassemblements similaires se sont déroulés à Marseille et à Valence.
« Négationnisme : plus jamais ça en Europe. Le Hitler turc honoré à Berlin », « 91 ans de déni, ça suffit ! » pouvait-on lire sur les nombreuses pancartes des manifestants.
Seta Papazian, du collectif VAN, a décrit les derniers événements en Allemagne. « La Police de Berlin a fait appel de la décision du juge qui a estimé que les manifestations n’étaient pas une offense aux victimes. La réponse est attendue pour vendredi. En revanche le colloque du 19 mars à la mémoire de Talaat Pacha est maintenu. » Huées dans la foule.
Alexis Govciyan, du CCAF, a pris la parole : « nous sommes ici car le mal absolu est aujourd’hui célébré à Berlin et en Turquie. Nous sommes ici pour une riposte intellectuelle, civile. »
L’historien Yves Ternon est intervenu pour rappeler que Talaat Pacha fut condamné à mort par contumace à Istanbul en 1919 et abattu à Berlin par un Arménien que le tribunal a acquitté, après un procès qui conduisit le juriste Rafael Lemkin à former le concept de génocide.
Le LICRA est venu apporter son soutien à la manifestation. Son porte-parole a affirmé que pour l’association, « le génocide arménien doit être enseigné dans les écoles de la République ».
Ara Toranian, le rédacteur en chef des Nouvelles d’Arménie magazine, a mis en cause le laxisme des instances européennes qui donnent des « ailes à ceux qui envisagent leur intégration à l’Europe comme une conquête du vieux continent ». Il a également évoqué la puissance du comité Talaat, « une structure obscure, composée d’industriels, de magistrats, de militaires, disposant d’un budget de 1.5 millions d’euros et qui n’est autre que l’Etat profond de Turquie ». Il a appelé à la vigilance de l’Europe face à la montée du négationnisme turc. « Le fascisme ne passera pas » a-t-il déclaré haut et fort.
Seta Papazian a ensuite pris la parole pour lire une motion déposée à l’ambassade d’Allemagne. La communauté arménienne de France demande aux « Etats membres d’intervenir auprès des autorités turques pour mettre un terme à cette campagne négationniste de grande ampleur ».
« La vigilance est l’affaire de tous. Nous devons tous être investi dans cette mission. C’est l’avenir de nos enfants qui est en jeu » ont été ses derniers mots.

THEMES ABORDES : Négationnisme
Il y a 1 réaction(s) à cet article.










Quote:

http://www.armenews.com/article.php3?id_article=21355
GENOCIDE
Berlin : La manifestation est autorisée, pas le négationnisme turc


samedi 18 mars 2006, Stéphane/armenews




Le tribunal administratif suprême du land de Berlin-Brandenburg (Oberverwaltungsgericht (OVG) Berlin-Brandenburg) a rendu vendredi 17 mars 2006 un jugement digne de Salomon.

Sommé de trancher sur le recours de la police berlinoise face à la décision mardi du tribunal administratif autorisant les organisations ultras nationalistes turques à manifester samedi 18 mars 2006 à la gloire de Talaat Pacha, le jugement rendu (Az. : OVG 1 s 26.06)indique que l’interdiction de la police était levée tout en avertissant que « toute expression négationniste oralement ou par voie d’affiche » était interdite car « dire que le génocide commis en 1915 contre les Arméniens est un mensonge constitue une infraction punissable relevant des dispositions de l’article 189 du code pénal » et est en conséquence susceptible d’être poursuivi.

Rappelons que l’article 189 sanctionne en effet « l’insulte aux morts ».

En conséquence, la manifestation est autorisée mais le négationnisme du génocide des Arméniens est interdit. L’ordonnance de la cour appelle en outre la police à observer sur ce point la plus grande vigilance.

Explicitement les ultras nationalistes turcs vont pouvoir manifester, sans toutefois pouvoir remettre en cause le génocide des Arméniens par voie de banderoles, tracts ou discours.
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website MSN Messenger ICQ Number
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum