www.armenian.ch www.armenian.ch
All Good-Willed Armenians


Erdogan:Si les faits st étayés, cela constituera une vérité

 
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide
View previous topic :: View next topic  
iminhokis
Wizards


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 3321

 PostPosted: Fri Jun 30, 2006 8:58 am    Post subject: Erdogan:Si les faits st étayés, cela constituera une vérité Reply with quote Back to top



M. Erdogan au Conseil de l’Europe : " Dire que les Turcs se sont rendus coupables d’un génocide vis-à-vis des Arméniens ne constitue pas une insulte. Si les faits sont étayés, cela constituera une vérité historique"

vendredi 30 juin 2006, Stéphane/armenews




Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré mercredi 28 juin 2006 devant les parlementaires du Conseil de l’Europe que l’islamophobie "gagne du terrain" en Occident.

"Le terrorisme au nom de la religion et le fait d’étiquetter ceux qui sont différents vont créer une crise globale en Occident où l’islamophobie et la xénophobie gagnent du terrain", a-t-il prévenu.

Prenant la parole lors d’un débat consacré à la liberté d’expression et les croyances religieuses, il a également estimé que l’islamophobie devait être considérée comme un crime contre l’humanité, tout comme l’antisémitisme.



Evoquant l’affaire des caricatures de Mahomet par un journal danois, M. Erdogan a souligné qu’elle avait révélé une ligne de fracture culturelle et religieuse qui s’approfondit depuis les attentats du 11 septembre 2001.

"Il faut éviter de provoquer les autres, la liberté d’expression ne doit pas être comprise comme la liberté d’insulter", a-t-il indiqué.

"La critique est une chose, l’insulte en est une autre" a-t-il expliqué.

Pour M. Erdogan "les libertés, les droits de l’homme et le respect des sensibilités et valeurs religieuses ne s’excluent pas et représentent ensemble une société humaine et libre".




Extrait des débats
M. LUND (Danemark) (Interprétation) s’exprimant au nom de la Gauche unitaire européenne, souligne qu’il n’est pas de société démocratique possible sans liberté d’expression, ce qui ne signifie pas que l’on doive dire tout ce que l’on pense, car la liberté a des limites, ces limites étant la nécessité de favoriser le dialogue. Ce n’est pas insulter, mais critiquer que de regretter que la Turquie ne reconnaisse pas le génocide arménien à la répression des Kurdes ou poursuive l’occupation du Nord de Chypre. C’est dans ce contexte qu’il faut examiner l’affaire des caricatures danoises. Les manifestations organisées contre le Danemark sont inadmissibles, mais elles participent d’une politique globale : elles ont été orchestrées en réponse à la politique menée par les pays occidentaux dans les pays arabes. Ce fut en fait la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Au Danemark, comme ailleurs en Europe, les immigrants sont maltraités. Les autorités auraient dû prendre leurs distances avec l’insulte faite aux musulmans, ce qui aurait désamorcé la crise, mais qui n’aurait pas réglé le problème de fond, à savoir l’attitude des pays occidentaux, qu’il s’agisse de l’occupation de l’Irak, de la reconnaissance des droits des palestiniens ou de la nécessité de nouvelles règles d’échanges économiques. On le voit, la question dépasse largement celle de la liberté d’expression. (Applaudissements)


M. ERDOÐAN (Interprétation) commence par remercier les orateurs dont il respecte les propos. Chacun combat pour renforcer le respect de la liberté d’expression. La question essentielle est de savoir s’il faut la limiter ou non. Pour le Premier ministre, il faut définir ce qu’est exactement la liberté d’expression. Toute société pose des limites qui sont définies en terme de civilisation, de culture. Il reprend les termes employés par le porte-parole du PPE “le respect entraîne la liberté. La liberté suscite le respect” et montre l’importance de ce propos. Concernant la liberté de religion, il est évident qu’il faut pouvoir écrire et parler librement à ce sujet. Mais il convient de distinguer les critiques et les insultes. M. Lund a demandé le droit d’insulter. Encore faut-il définir ce qu’on entend par insulte.

Dire que les Turcs se sont rendus coupables d’un génocide vis-à-vis des Arméniens ne constitue pas une insulte. Si les faits sont étayés, cela constituera une vérité historique, sinon cela prouvera la faiblesse de l’argument. Il convient d’établir une différence entre le Gouvernement turc et le Gouvernement ottoman. Les Turcs d’aujourd’hui désirent laisser cette question aux historiens. Le respect des diverses cultures est ce qui fera le respect de l’Europe, a dit M. Margelov. Le Premier ministre turc l’en remercie. Face au phénomène de l’immigration ou aux crises comme celle qui a pris naissance au Danemark, la Turquie a réagi différemment d’autres sociétés, empêchant des conséquences plus graves. Il y a là un enseignement à retenir. M. Jurgens a dit qu’en laissant se produire l’holocauste, Dieu a commis une erreur. Effectivement, Dieu ne peut autoriser un génocide. Il faut aimer ce qui a été créé car toute créature vivante est l’œuvre du créateur divin. (Applaudissements)

LE PRÉSIDENT (Interprétation) remercie le Premier ministre turc pour cette réponse très franche et pour avoir ainsi répondu aux groupes politiques montrant la possibilité de dialoguer librement. Il espère que ce dialogue sera poursuivi afin de trouver une approche commune autour de valeurs communes.

M. GEGHAMYAN (Arménie) (Interprétation) pense que cette question mérite de faire l’objet d’une analyse approfondie. Il se dit très sensible à l’Alliance des civilisations. En tant que pays fondateur, la Turquie pourrait examiner les raisons pour lesquelles des églises chrétiennes ont été massivement détruites sur son territoire. Sur 913 édifices religieux, 464 ont été complètement détruits, 252 sont en ruine et 197 nécessitent d’importants travaux de restauration. Au cours des manoeuvres militaires, de nombreux sanctuaires chrétiens en Turquie sont devenus des dépôts de munitions. Personne n’en a parlé lorsque ces structures religieuses ont été détruites.

Ce 21 juin, à Istanbul, des nationalistes turcs ont manifesté une totale insolence vis-à-vis du patriarche arménien. L’orateur espère enfin qu’on lèvera l’interdiction pour les jeunes Arméniens étudiant en Turquie d’apprendre l’histoire réelle de leur nation. Ils ont le droit de connaître la vérité sur les dernières années de l’empire ottoman. Le jour où Ankara reconnaîtra officiellement la réalité historique marquée par le génocide d’un million et demi d’Arméniens, les jeunes Arméniens qui étudient en Turquie verront différemment le slogan « comme je suis heureux d’être Turc ».

La reconnaissance officielle de cet événement et de l’arrêt pris par le tribunal militaire turc de 1919 serait un hommage à la diaspora arménienne et permettrait le rétablissement des relations diplomatiques entre la Turquie et l’Arménie. (Applaudissements)
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website MSN Messenger ICQ Number
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum