www.armenian.ch www.armenian.ch
All Good-Willed Armenians


La Turquie menace la France

 
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide
View previous topic :: View next topic  
iminhokis
Wizards


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 3321

 PostPosted: Mon Oct 09, 2006 9:32 am    Post subject: La Turquie menace la France Reply with quote Back to top

Quote:
NOUVELOBS.COM | 08.10.06 | 16:46
Publié le : 09-10-2006

La loi française choque Ankara


Ankara choqué par une loi française
Le projet de loi pénalisant la négation du génocide arménien suscite la colère du gouvernement turc.

Le Premier ministre turc, Tayyip Erdogan, a à son tour dimanche 8 octobre mis en garde la France contre la proposition de loi sur le génocide arménien que les députés français s'apprêtent à examiner.

Le texte, présenté par l'opposition socialiste, vise à sanctionner la négation du génocide arménien au début du siècle dernier. Il sera examiné jeudi 12 octobre au Parlement. La Turquie rejette les accusations de génocide dont elle fait l'objet en raison des massacres de chrétiens arméniens pendant la Première Guerre mondiale, et souligne qu'un grand nombre de Turcs musulmans ont également été tués dans les affrontements.

"Que ferez-vous lorsqu'un Premier ministre de Turquie se rendra en France et dira qu'il n'y a pas eu de génocide arménien ? Vous le mettrez en prison ?", a interpellé Tayyip Erdogan, qui recevait une délégation d'hommes d'affaires français en visite à Istanbul.

"Nous attendons de vous que vous fassiez tout pour éviter cela", a poursuivi le Premier ministre turc, dont les propos sont rapportés par l'agence anatolienne de presse. "Nos avertissements ne doivent pas être pris à la légère. Il faut comprendre la gravité de la situation", a-t-il ajouté.

Lourdes conséquences sur les relations économiques

La semaine passée, le ministère turc des Affaires étrangères avait déjà prévenu que l'adoption de cette proposition de loi aurait de lourdes conséquences sur les relations économiques et politiques entre les deux pays. En 2005, les échanges commerciaux entre la France et la Turquie ont approché les 10 milliards de dollars, et plusieurs grandes entreprises françaises, dont Renault et Carrefour, ont des intérêts en Turquie. De plus, dans un entretien au journal Sabah. Koksal Toptan, le chef de la commission judiciaire du parlement turc, précise qu'il avait mis à l'ordre du jour du mercredi 4 octobre, des propositions de législation qualifiant de génocide des massacres commis en Algérie du temps de la colonisation française et prévoyant des peines de prison contre ceux qui nieraient de "tels massacres".

"France stop! Le boycott arrive"

Enfin, quelque 500 personnes ont manifesté dimanche 8 octobre contre le projet de loi français prévoyant une peine de prison pour la négation de caractère génocidaire des massacres d'Arméniens pendant la Première Guerre mondiale.
La foule -des militants d'un petit parti de gauche -a défilé en direction du consulat de France situé dans le centre d'Istanbul mais a été immobilisée par les véhicules blindés de la police anti-émeute avant d'accéder aux abords du consulat. Seuls quelques manifestants ont été autorisés à poursuivre la marche et à dérouler devant le consulat des banderoles clamant "France stop! Le boycott arrive" et "Le génocide est un mensonge".

"Il serait nécessaire que la Turquie reconnaisse le génocide arménien"

L'an passé, Tayyip Erdogan avait proposé la création d'une commission d'historiens de Turquie et d'Arménie qui aurait eu pour tâche de réexaminer ce qui s'est passé pendant la Première Guerre mondiale. L'Arménie avait rejeté l'idée. La question du génocide arménien, si elle n'est pas une condition fixée par l'Union européenne à l'adhésion de la Turquie, est présente dans le processus lancé officiellement il y a un an. A l'occasion de sa récente visite en Arménie, le président français, Jacques Chirac, a ainsi estimé "honnêtement" qu'il serait nécessaire que "la Turquie reconnaisse le génocide arménien pour entrer dans l'Union".
La France a reconnu comme tel le génocide arménien par une loi votée en 2001.
Le texte qui provoque la colère des turques, complète la loi de 2001 reconnaissant le génocide arménien, fait de la négation de ce "génocide" un délit punissable d'un an d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende. Les Arméniens estiment que jusqu'à 1,5 million des leurs ont péri dans un génocide orchestré aux dernières années de l'Empire ottoman entre 1915 et 1917. Ankara affirme que des massacres ont été commis de part et d'autre et récuse les accusations de génocide.


Quote:


PATRICK BÈLE (AVEC AFP). LeFigaro.fr
Publié le 09 octobre 2006
Actualisé le 09 octobre 2006 : 07h46



Génocide arménien : la France conspuée à Istanbul

Les autorités turques agitent la menace de représailles économiques si le Parlement français décidait de pénaliser la négation du génocide.

« FRANCE, STOP, le boycott arrive », « Le génocide est un mensonge » : hier à Istanbul, une manifestation était organisée pour protester contre la proposition de loi du Parti socialiste français sur le génocide arménien, qui doit être discutée jeudi à l'Assemblée nationale. Le texte prévoit cinq ans de prison et une forte amende pour toute personne qui nierait que les Arméniens aient été victimes d'un génocide sous l'Empire ottoman. Son examen au Parlement français avait commencé le 18 mai. Mais la discussion avait été interrompue faute de temps, députés UMP et gouvernement ayant usé d'artifices de procédure pour retarder les débats. À gauche comme à droite, les partis sont divisés sur ce texte. Certains, comme Éric Raoult (UMP, auteur d'une proposition similaire), ont l'intention de se prononcer en faveur du texte. La communauté arménienne, estimée à 500 000 personnes, représente un électorat non négligeable à quelques mois des élections de 2007. La France a déjà reconnu le génocide arménien par une loi du 29 janvier 2001, mais sa négation n'est pas pénalisée.

Le « critère Chirac »« Que ferez-vous lorsqu'un premier ministre de Turquie se rendra en France et dira qu'il n'y a pas eu de génocide arménien ? Vous le mettrez en prison ? », s'est interrogé le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan.

Ce dernier a reçu, samedi, une importante délégation d'entreprises françaises, dont les représentants de Peugeot, Renault, Danone, Lafarge et Carrefour. Le message est clair : toutes ont d'importantes activités dans le pays. Le ministre des Affaires étrangères, Abdullah Gul, s'est montré encore plus explicite : il a indiqué, hier, avoir averti son homologue français, Philippe Douste-Blazy, que si la proposition de loi était votée, la participation de la France à d'importants projets économiques en Turquie serait compromise. Les échanges commerciaux entre les deux pays ont approché les 10 milliards de dollars en 2005. Ankara s'était déjà ému des propos de Jacques Chirac, lors de sa visite d'État en Arménie, mardi dernier. Le président français avait exhorté Ankara à assumer ce volet de son histoire. « Faut-il que la Turquie reconnaisse le génocide arménien pour entrer dans l'Union ? Honnêtement je le crois... Tout pays se grandit en reconnaissant (...) ses erreurs », a déclaré le chef de l'État français. Les propos avaient surpris, car Jacques Chirac est considéré comme un partisan de l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne. La romancière turque Mine G. Kirikkanat écrivait samedi dans Libération que les Turcs ont du mal à comprendre qu'aux critères de Copenhague s'ajoute « un critère Chirac ». La question du génocide arménien, si elle n'est pas une condition fixée par Bruxelles à l'adhésion de la Turquie, est présente dans le processus lancé il y a un an.

 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website MSN Messenger ICQ Number
iminhokis
Wizards


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 3321

 PostPosted: Tue Oct 10, 2006 9:13 am    Post subject: Reply with quote Back to top

Sarkozy moves on Armenian genocide bill
http://www.iol.co.za/index.php?set_id=1&click_id=3&art_id=qw1160389982447B216

October 09 2006 at 12:45PM

By Swaha Pattanaik

Paris - French Interior Minister Nicolas Sarkozy on Monday set three conditions for Turkey to avoid a vote by French deputies on a bill making it a crime to deny Armenians suffered genocide at the hands of Ottoman Turks.

Parliament, dominated by the Union for a Popular Movement that Sarkozy leads, is due on Thursday to discuss an opposition Socialist bill on Armenian deaths during World War One.

Turkey strongly denies the 1,5 million deaths constitute genocide.

Though the conservative majority in parliament opposes the bill, Turkey fears many opponents will vote for the bill for fear of upsetting France's 400 000-strong Armenian diaspora ahead of presidential and parliamentary elections next year.


Sarkozy, conservative frontrunner for the presidential race and a long-standing opponent of Turkey's EU entry, said he had set out conditions for avoiding a vote in a telephone call with Prime Minister Tayyip Erdogan.

"The first is that there is a bilateral commission between Armenia and Turkey which has equal representation, so that these two countries can conduct the work of acknowledging history," he told France Inter radio.

"The second condition is that Turkey reopen its borders with Armenia. And the third condition is that Turkey gives up its penal law which forbids people speaking of the genocide in Turkey."

He said he was not sure whether he had convinced Erdogan but added that the Turkish premier had taken note of them.

Erdogan on Sunday criticised the bill and Turkish lawmakers warned last week that illegal Armenian immigrants in Turkey may be expelled and French trade hurt if the measure were passed.

Ankara strongly denies estimates that 1,5 million Armenians perished at the hands of Ottoman Turks in a systematic genocide, saying large numbers of both Christian Armenians and Muslim Turks died in a partisan conflict raging at that time.

Sarkozy also said Turkey was not guaranteed EU entry even if it accepted calls for it to admit Armenians suffered genocide.

President Jacques Chirac has suggested recognition of the Armenian "genocide" should be a condition of Turkish EU entry, but Sarkozy said this would not be a sufficient condition.

"For me it is not a precondition to enter Europe. Because, to enter Europe, the fact that a country has a duty to acknowledge its history, as Germany did, is the minimum," Sarkozy told France Inter radio.

"But it is not because one does one's duty of acknowledging one's history that one has the right to enter Europe."

Sarkozy, who says the European Union cannot expand indefinitely and must have fixed borders, again criticised Ankara for failing to properly recognise EU member Cyprus because of a dispute over the divided island.

Turkey began its EU entry talks last year, though is not expected to join for many years.
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website MSN Messenger ICQ Number
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum