www.armenian.ch www.armenian.ch
All Good-Willed Armenians


[F] Europe/Turquie: critères de Copenhague réaffirmés

 
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide
View previous topic :: View next topic  
wizard
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 500
Location: 47°23'55''

 PostPosted: Fri Apr 02, 2004 12:50 pm    Post subject: [F] Europe/Turquie: critères de Copenhague réaffirmés Reply with quote Back to top

FEDERATION EURO-ARMENIENNE
pour la Justice et la Démocratie
Avenue de la Renaissance 10
B - 1000 BRUXELLES
Tel./Fax : +32 (0) 2 732 70 27
E-mail : contact@feajd.org
Web : http://www.feajd.org


COMMUNIQUE DE PRESSE
02 avril 2004
Contact: Talline Tachdjian
Tel.: +32 (0)2 732 70 27


EUROPE / TURQUIE : LE PARLEMENT EUROPEEN REAFFIRME LA PREEMINENCE ABSOLUE DES CRITERES POLITIQUES DE COPENHAGUE

- Le rappel de la résolution du 18 juin 1987 sur le génocide arménien maintenu
- Les propositions visant à différer l'application des critères de Copenhague repoussées
- L'offre d'un partenariat privilégié en remplacement de l'adhésion rejetée
- La capacité d'absorption de l'Union mise en question pour la première fois

Bruxelles, Belgique - La Fédération Euro-Arménienne pour la Justice et la Démocratie informe que le Parlement européen a examiné et adopté le jeudi 1er avril 2004 le projet de résolution "sur la demande d'adhésion de la Turquie", préparé par M. Oostlander (PPE (chrétien - démocrate)/Pays-Bas).

Le Commissaire européen en charge de l'Elargissement, M. Verheugen, avait tenu à assister aux débats et à s'expliquer des négociations en cours sur Chypre. Néanmoins il a affirmé que, pour la Turquie, modifier la législation ne suffit pas : " Nous voulons également un changement de pratiques [...] Nous recevons sans cesse des informations qui démontrent que le processus de réformes n'est accepté qu'avec une grande hésitation par l'administration turque ", a t-il déclaré.

De très nombreux parlementaires ont pris la parole lors des débats, que ce soit parmi les pro-turcs ou les pro-européens. La question du génocide des Arméniens a en particulier été évoquée par Mme Ainardi (GUE, {Gauche Unie européenne} France), Mme Roure (PSE, {Parti Socialiste Européen} France), ou Mme Schleicher (PPE, Allemagne). Mme Roure a notamment mentionné que l'on voyait mal " comment un pays peut rejoindre l'Union en niant son histoire et ses erreurs. Nous attendons donc de la Turquie un devoir de mémoire et nous le répéterons chaque fois".

Mme Schleicher, Présidente de la Délégation aux commissions parlementaires de coopération UE - Sud Caucase a également indiqué que "la Turquie par le boycott économique et la fermeture de la frontière avec l'Arménie se rendait coupable de violations graves des principes Balladur "[1]. Elle a ajouté que "la Turquie avait manoeuvré pour exclure l'Arménie du trajet de l'oléoduc Bakou-Ceyhan" et qu'elle contribuait ainsi "à accroître l'instabilité régionale". Elle a conclu que l'Arménie "ne pouvait pas faire confiance à la Turquie dans ces conditions".

Dans un autre registre, M. Katiforis (PSE, Grèce) a évoqué l'affaire de la directive négationniste en signalant que le ministère de l'éducation demande aux écoliers de composer des rédactions "imprégnées de fanatisme à l'égard de certaines minorités".

41 amendements avaient été déposés et ont été votés. Les amendements des Verts et des Libéraux proposant de commencer les négociations avant la pleine satisfaction des critères de Copenhague ont été repoussés. Ceux
indiquant que la Turquie ne remplit toujours pas les critères de Copenhague et offrant de lui proposer un "partenariat privilégié" dans le cadre de l'Europe élargie ont également été rejetés. Au final, le Parlement s'en tient à un respect préalable strict des critères de Copenhague.

Concernant le génocide et le blocus de l'Arménie, le PE a maintenu les paragraphes adoptés par sa Commission des Affaires Etrangères le 17 mars dernier. Ils stipulent en particulier que :

- " Le PE invite la Turquie à rouvrir les frontières avec l'Arménie et à promouvoir des relations de bon voisinage avec l'Arménie, à travailler ensemble pour promouvoir des solutions équitables aux conflits régionaux et à ne mettre aucune entrave à une réconciliation historique ".

-
" Le PE souhaite l'établissement d'un dialogue entre universitaires, organismes sociaux et ONG turcs et arméniens afin de surmonter les tragiques expériences du passé comme exprimé dans ses résolutions antérieures (du 18 juin 1987, 15 novembre 2000, 28 février 2002 et 26 février 2004).
Le PPE (Chrétiens Démocrates) et le PSE (Parti des Socialistes Européens)
étaient explicitement opposés à un amendement déposé par Mme Roure et 31 autres députés qui visaient à renforcer l'idée du devoir de la Turquie d'engager un dialogue avec le peuple arménien. Il a donc été rejeté.

Les eurodéputés ont rejeté également l'amendement de M. Coûteaux (EDD, France) proposant de soumettre la question de cette adhésion aux nations européennes par voie de référendum ; en revanche ils ont tenu a indiquer que la Commission devait tenir pleinement compte de "la capacité de l'Union à absorber de nouveaux membres" comme le stipulent les critères de Copenhague.

En revanche, l'amendement du PSE demandant à la Turquie de signer et de ratifier les statuts de la Cour Pénale Internationale a été adopté.

Au final, la résolution amendée a été adoptée par 211 voix pour, 84 contre et 46 abstentions.

" Le rappel de la résolution de 1987, de même que celles de 2000, 2002 et
2004 est une victoire sur la Turquie qui mène depuis quelques années une campagne à grande échelle visant à enterrer la reconnaissance par le PE du Génocide des Arméniens. Nous regrettons cependant le tabou consistant à éviter les mots de blocus et de génocide." a annoncé Hilda Tchoboian, présidente de la Fédération Euro-Arménienne. "Il est aussi particulièrement inquiétant de voir nos députés se défier de l'avis des populations qu'ils représentent en repoussant l'idée d'un référendum. Il ne faudrait pas, sous prétexte qu'on parle de la Turquie, adopter les pratiques de ce pays faites d'opacité et de dissimulation." a-t-elle ajouté.

En revanche, la Fédération Euro-Arménienne se dit satisfaite que la capacité d'absorption de l'Union soit enfin et pour la première fois mise en question. La Fédération comprend l'inquiétude des parlementaires sur le fait que l'adhésion de la Turquie causerait un bouleversement dans les équilibres politique, économique, social et culturel de l'Union tels qu'ils remettraient en cause le principe même de son intégration. Elle souligne que si les Européens veulent croire encore à l'Europe, la préoccupation des députés européens devrait être un signal clair adressé aux dirigeants européens pour que la demande d'adhésion à l'Union soit scrupuleusement examinée non pas en fonction des opportunités et des pressions du moment, mais bien dans le respect des valeurs européennes fondamentales.

#####

[1] pas de problèmes frontaliers, bonnes relations avec les pays voisins, garantie des droits des minorités
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum