www.armenian.ch Gesellschaft Schweiz-Armenien
Perinçek: Presserevue
 

050727|Edicom|L'ambassadeur de Suisse défend les enquêtes
Lesen Sie den vorstehenden Artikel :: Lesen Sie den nachstehenden Artikel  
27 juillet 2005 | Edicom with AP | Ankara


L'ambassadeur de Suisse en Turquie défend les enquêtes pour négation
du génocide arménien



L'ambassadeur de Suisse en Turquie, Walter Gyger, s'est rendu mercredi au Ministère des affaires étrangères à Ankara pour discuter de l'enquête ouverte à l'encontre d'un politicien turc dans les cantons de Vaud et de Zurich pour négation du génocide arménien.

Face aux critiques de la Turquie, il a renvoyé à la norme pénale contre le racisme et à la stricte séparation des pouvoirs en Suisse. Alors que, du côté turc, on affirme que l'ambassadeur suisse a été convoqué par le ministère, le porte-parole du Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) Ivo Sieber déclare au contraire que la rencontre a eu lieu sous l'impulsion de la Suisse. Quoiqu'il en soit, l'entretien a permis aux deux pays de faire connaître leur point de vue.

L'ambassadeur a rappelé à la Turquie que le code pénal suisse contenait une norme contre le racisme, qui punissait tout propos tenu en public niant, minimisant ou tentant de justifier un génocide. Il a par ailleurs renvoyé à l'indépendance du pouvoir judiciaire en Suisse. Une nouvelle rencontre sur le sujet est prévue jeudi à Berne entre l'ambassadeur de Turquie en Suisse et le chef de la division politique du DFAE.

Ce nouveau refroidissement dans les relations helvético-turques fait suite aux propos tenus ces derniers jours par le chef du Parti des travailleurs à l'occasion de la commémoration du Traité de Lausanne, qui a délimité les frontières de la Turquie moderne en 1923. Dogu Perincek a notamment déclaré que le génocide arménien de 1915 était un «mensonge des impérialistes».

Les autorités d'instruction zurichoises et vaudoises ont ouvert une enquête pour violation présumée de la norme pénale contre le racisme. Dans la presse turque, le ministre des affaires étrangères Abdullah Gül a jugé inacceptable l'interrogatoire auquel Dogu Perincek a dû se soumettre sur sol helvétique.

Les relations entre la Suisse et la Turquie étaient déjà assombries par une autre procédure pour négationnisme ouverte à l'encontre de l'historien Yusuf Halacoglu. En guise de protestation, Abdullah Gül avait alors différé une visite en Suisse.

Dans un entretien au «Tages-Anzeiger», le président de la Commission de politique étrangère Erwin Jutzet (PS/FR) a déclaré que la Turquie devait cesser de réagir aussi sensiblement sur la question du génocide arménien, si elle voulait un jour entrer dans l'Union européenne (UE).

Motherhome | Zurück zur Presseschau | Zurück zum Anfang der Seite

Association Suisse-Arménie - Gesellschaft Schweiz-Armenien