www.armenian.ch Gesellschaft Schweiz-Armenien
Perinçek: Presserevue
 

050801|edicom|Le politicien turc Perincek continue de nier
Lesen Sie den vorstehenden Artikel :: Lesen Sie den nachstehenden Artikel  
1er août 13:26 | edicom.ch | © AP - The Associated Press. | [Article]


Le politicien turc Perincek continue de nier le génocide arménien


Et estime qu'il faudrait abolir la norme pénale contre le racisme - Critiques également de la part de l'ambassadeur de Turquie en Suisse -
Zurich (AP) L'enquête ouverte en Suisse contre le politicien turc Dogu Perinçek parce qu'il a nié publiquement le génocide arménien continue de faire des vagues.



Dans une interview au »SonntagsBlick», il a réitéré ses propos négationnistes, estimant par ailleurs que la loi suisse contre le racisme devrait être abolie. L'ambassadeur de Turquie à Berne a aussi émis des critiques à l'égard de la Suisse.
Dogu Perinçek, le chef du Parti des travailleurs - parti d'extrême gauche marginal en Turquie - a nié le génocide arménien de 1915 notamment à l'occasion, il y a une semaine, de la commémoration du Traité de Lausanne, qui a délimité les frontières de la Turquie moderne en 1923.
Dans l'interview publiée dimanche, il a réaffirmé qu'il n'y avait »jamais eu de génocide arménien», que c'était un «mensonge historique», de la propagande alimentée par «les impérialistes américains et européens». Quant à la norme pénale suisse qui punit notamment tout propos public niant, minimisant ou tentant de justifier un génocide ou autres crimes contre l'humanité, il connaissait son existence avant de s'exprimer. Il considère qu'il s'agit là d'une «loi d'inquisition du Moyen-Age» qu'il conviendrait de supprimer.

Critiques de l'ambassadeur turc
Alev Kilic, ambassadeur de Turquie à Berne, critique également l'attitude de la Suisse dans cette affaire. Dans une interview parue dans la «NZZ am Sonntag», il qualifie l'enquête ouverte contre Dogu Perinçek et l'historien Yusuf Halacoglu de «signe lourd de conséquences» à l'égard des Turcs vivant en Suisse. «Cela signifie qu'ils doivent se taire».
La Suisse, qui auparavant en Turquie était citée comme un exemple du respect de la liberté d'opinion, ne la respecte pas dans cette affaire.
L'ambassadeur turc n'exclut pas que cela entraîne des conséquences diplomatiques. Il ne peut pas garantir que le prochain voyage en Turquie du conseiller fédéral Joseph Deiss ne sera pas différé, voire annulé. AP
df/mt
© AP - The Associated Press. Tous droits réservés.

Motherhome | Zurück zur Presseschau | Zurück zum Anfang der Seite

Association Suisse-Arménie - Gesellschaft Schweiz-Armenien