www.armenian.ch Association Suisse-Arménie
Halacoglu: Revue de Presse
 

080724|yevrobatsi|Turquie : Halacoglu fait ses valises
Voir l'article précédent :: Voir l'article suivant  
24 juillet 2008 | Yevrobatsi | Paris | Khatchig Mouradian (Traduction Didier Torossian)

Turquie : Halacoglu fait ses valises

Qu’est-ce que le départ de Yusuf Hoca signifie pour les Turcs et les Arméniens ?

WATERTOWN, Massachussets. Le 23 juillet, Resmi Gazete (gazette officielle) a annoncé que Yusuf Halacoglu, responsable de La Société Historique Turque (TTK) depuis le 21 septembre 1993 a été démis de ses fonctions.

Halacoglu est devenu célèbre grâce à plusieurs sujets autour desquels une énorme publicité a été faite – du moins en Turquie – tels que la négation du Génocide Arménien en Suisse et les enquêtes contre lui dans ce pays ; les différents débats et oppositions avec les spécialistes du Génocide tels que Taner Akçam, David Gaunt et Ara Sarafian ; et plus récemment son offre de vingt millions de dollars pour que soient ouvertes les archives de Watertown (plus connues en Turquie sous le nom de Archives de Boston.)

Depuis des années, les savants Turcs progressistes demandent à Ankara de remplacer Halacoglu. Lors d’interviews non officielles que j’ai conduites le 23 juillet, plusieurs de ses scientifiques ont déclaré être satisfaits de cette décisision.

Selon le Quotidien Turc Hurriyet, Halacoglu – appelé aussi Yusuf hoca (le professeur) par beaucoup au sein du TTK – serait officiellement en vacances (à Bodrum) et cette affaire a eu lieu sans qu’il en ait eu d’abord connaissance. Halacoglu a ajouté « C’est quelque chose qui peut se produire n’importe quand . Un des Seyhulislams [titre d’une autorité supérieure en Islam] a dit : ‘Nous sommes un peuple habitué à faire nos bagages et reprendre la route. Nous pouvons aller n’importe où n’importe quand.’ Je pense la même chose. Aujourd’hui vous faite quelque chose pour l’Etat, demain vous pouvez devenir scientifique. Ce sont des choses normales, je les perçois comme telles ».

Les analystes et commentateurs politiques auxquels je m’adresse habituellement sont d’accord pour dire que le contrat de Halacoglu a été rompu parce que l’actuel parti au pouvoir (AKP – Justice et Développement) veut installer quelqu’un proche de l’AKP. Halacoglu était très proche du Parti Naionaliste (MHP), un parti ultra-nationaliste qui possède 71 sièges au Parlement Turc. Selon certaines sources, son lien avec ce qu’on appelle l’Etat profond en Turquie peut avoir contribué à la décision de ne pas renouveller son contrat annuel.

Il est aussi probable que l’AKP n’était pas satisfait du radicalisme extrême et de l’attitude de confrontation que Halacoglu a adopté vis-à-vis du Génocide Arménien et du dossier Kurde. Même si cela est un signe d’un changement de politique vis-à-vis du dossier Arménien – dans l’athmosphère plutôt positive qui règne actuellement entre les Turcs et les Arméniens – cela reste cependant flou.

Le Dr Ali Birinci, un savant prolixe considéré comme conservateur, Islamiste et nationalise par ceux qui le connaissent devrait remplacer Halacoglu. Bien que certains commentateurs et chercheurs à qui j’ai parlé pensent que selon toute vraisemblance Birinci ne fera pas changer complètement les orientations du TTK – concernant au moins la question Arménienne – on s’attend toutefois à ce que les méthodes à sensations de Halacoglu ne soient plus utilisées. Les scientifique connaissant le travail de Birinci le considèrent comme un chercheur sérieux qui a quelquefois contredit la connaissance historique établie en Turquie. Bien que Birinci n’ait fait aucune publication sur le Génocide Arménien, un scientifique d’origine Turque a exprimé un espoir de dernière minute en déclarant qu’il mettrait son expérience et son habitude pour s’opposer graduellement au discours négationniste préhistorique vis-à-vis du Génocide.

Et que va devenir Halacoglu ? Il conservera son poste à l’Université de Gazi et continuera probablement à publier ses travaux sur ce qu’il appelle le prétendu Génocide Arménien. Il existe une faible – très faible – quantité de scientifiques qui pensent que récemment, Halacoglu, réalisant que sa position était de plus en plus intenable, a commencé à travailler sur des publications de recherches plus crédibles et à rejoindre ce qu’un chercheur appelle une opération constructive avec des scientifiques qui reconnaissent le Génocide. En se basant sur l’expérience de Gaunt et de Sarafian, cela semble cependant très peu probable. Désormais, s’il cherchait à prendre un nouveau départ, il n’est pas trop tard. Enfin, nous n’avons pas fini d’entendre parler de Yusuf hoca, qui a alimenté pendant des années les médias Turcs – et dans une moindre mesure, les médias Arméniens.

Motherhome | Retour à la Revue de Presse | Retour haut de la page

Association Suisse-Arménie - Gesellschaft Schweiz-Armenien