www.armenian.ch www.armenian.ch
All Good-Willed Armenians


Le Voyage en Arménie - Film de Robert Guédiguian

 
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> General
View previous topic :: View next topic  
wizard
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 500
Location: 47°23'55''

 PostPosted: Fri Jun 23, 2006 10:38 am    Post subject: Le Voyage en Arménie - Film de Robert Guédiguian Reply with quote Back to top

Le Voyage en ArmenieLe Voyage en Arménie

Un film de
Robert GUEDIGUIAN
Scénario
Ariane ASCARIDE
Marie DESPLECHIN
Robert GUEDIGUIAN

Musique originale
Arto TUNÇBOYACIYAN

interprétée par
ARMENIAN NAVY BAND


SYNOPSIS
Se sachant gravement malade, Barsam souhaite retourner sur la terre qui l’a vu naître. Il souhaite également léguer quelque chose à sa fille Anna. Elle est pétrie de certitudes. Il voudrait lui apprendre à douter.

Lorsqu’il s’enfuit en Arménie, il prend soin de laisser de nombreux indices pour qu’Anna puisse le rejoindre. Ce voyage obligé dans ce pays inconnu deviendra pour elle ce que Barsam voulait qu’il soit : un voyage initiatique, une éducation sentimentale, une nouvelle adolescence...

C’est dans un petit village perdu dans les hautes montagnes du Caucase qu’elle le retrouvera, assis à rêver sous un abricotier en fleur... Sur son identité, sur ses amours, sur ses engagements, Anna doutera et aura grandi.
__________________

La bande annonce et photographies du film sur le site diaphana, distributeur du film en France

Interview d'Ariane Ascaride, qui a présenté mercredi 21 juin en avant-première le film à Genève
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
wizard
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 500
Location: 47°23'55''

 PostPosted: Fri Jun 23, 2006 10:47 am    Post subject: Entretien avec Robert Guédiguian Reply with quote Back to top

Entretien avec Robert Guédiguian

Quels sont vos rapports à l’Arménie, d’abord sur un plan biographique ?
Longtemps, j’ai considéré que ces questions d’appartenance m’intéressaient peu. Ma mère est allemande, moi, je suis né dans un quartier de Marseille très structuré et j’ai toujours divisé le monde entre riches et pauvres et pas entre allemands, italiens, arméniens, arabes ou espagnols. Je continue à penser, grosso modo, en vieux marxiste classique, que c’est le seul conflit qui mérite qu’on s’y intéresse. Et je n’ai pas bougé là-dessus. Par contre, je n’ai jamais nié mes origines ni mon nom. Mais ce n’était ni une préoccupation ni une revendication. Cette question, pour moi, est très liée au cinéma. Mon oncle, Théodore, au moment de la projection de Dernier été à Cannes, a parcouru la presse qui était très bonne et s’est rendu compte que je n’avais pas changé de nom. Et il m’a téléphoné en larmes en me disant : «C’est extraordinaire. Tu es dans tous les journaux et tu t’appelles Guédiguian !». Je ne m’étais pas posé une seconde la question de changer de nom. Et ça a continué plus tard : il n’y a pas une ville dans le monde où je ne sois allé présenter mes films, sans qu’il y ait au moins un arménien dans la salle, pas seulement au Canada ou aux Etats-Unis mais aussi à Sao Paulo, à Sidney, à Yokohama… Maintenant je pose carrément la question et il y a toujours une main qui se lève au fond de la salle : “oui, oui, moi“. C’est presque les arméniens qui ont revendiqué pour moi cette identité, en tant que personnage devenant un petit peu notoire. Depuis 30 ou 40 ans, ils font cela extrêmement bien avec quelques-uns des leurs, pour continuer à affirmer leur existence, comme un peuple qui a failli disparaître mille fois pendant son histoire, car toujours tiraillé, écartelé entre le Nord, le Sud, l’Orient et l’Occident, jusqu’au génocide en 1915 évidemment. Aujourd’hui ils adoptent et ce sont eux qui ont fait de moi un de leurs porte-drapeaux, avec Djorkaeff, Aznavour, Egoyan… C’est normal, du reste, c’est un tout petit peuple. Ils sont environ 7 millions dans le monde et donc, dès qu’on fait quelque chose pour l’Arménie, ils envoient des signes de reconnaissance. Mon arménité, ce sont eux qui l’ont revendiquée. Je me suis simplement laissé faire quand j’ai réalisé qu’effectivement je pouvais un peu servir leur cause, à savoir la reconnaissance d’un peuple, donc aussi la reconnaissance du génocide dont il a été victime et je suis d’ailleurs allé intervenir publiquement devant le Sénat en 2001. Il y a une identité arménienne rêvée qui a toujours été malmenée et qui s’est revendiquée indépendamment de la citoyenneté. Pour les arméniens français, ce sont deux choses très distinctes. Nous sommes toujours français et arméniens, parce que nécessité a fait loi, parce que c’était la seule solution pour conserver cette identité menacée jusqu’à l’éradication. Cette distinction permet d’aborder des pistes de réflexion sur l’identité, qui est une question ô combien contemporaine. J’aime bien cette idée de distinguer l’identité imaginaire et l’identité réelle, citoyenne.

Et sur un plan strictement familial, quelle est l’histoire récente des Guédiguian ?
Mon grand-père est arrivé en France avant le génocide. Il était de Sivas, qui est quasiment au centre de la Turquie aujourd’hui et il faisait en France des études de théologie pour devenir prêtre. En 1915, il s’est énormément occupé des arméniens qui arrivaient à Marseille. Et c’est à ce même moment que ma grand-mère est arrivée, comme ma grand-tante qui vit toujours et qui se souvient de sa déportation à travers le désert à l’âge de 4 ou 5 ans.

Quelle place occupait jusqu’à présent l’Arménie dans vos films ?
Jusqu’à maintenant, j’avais simplement distillé quelques clins d’oeil : montré un petit arménien venu de Georgie dans La ville est tranquille, fait entendre quelques mots d’arménien dans A la place du coeur ou bien une musique d’Arto Tunçboyaciyan dans Mon père est ingénieur, musique que je réemploie d’ailleurs dans ce film-ci. Je lui ai commandé une musique originale, dont on va tirer un disque. C’est un drôle de type, arménien né en Turquie où sa langue maternelle était interdite. Il s’est exilé à New York à l’âge de 18 ans avant de revenir fonder un groupe en Arménie. C’est une musique chargée de choses ancestrales, d’Anatolie en général, mais aussi très moderne. C’est de la world music, qu’il appelle lui du folk d’avant-garde.

Pourquoi avoir fait ce film maintenant ?
En 2000, des arméniens très militants de la diaspora ont organisé dans la seule salle d’Erevan une rétrospective de mes films et Ariane (Ascaride) et moi y sommes allés. C’était notre premier séjour là-bas et on a reçu un accueil exceptionnel : les fleurs coupées offertes à la sortie des projections, Ariane perçue comme une juste, quasiment comme une sainte parce qu’à la télévision elle avait défendu la cause sans être arménienne... On ne pouvait pas ne pas être émus. Et puis on a été assez touchés de voir que dans l’espace, le temps, le rythme de vie, les décors, on s’est retrouvé dans quelque chose qui s’apparentait aux années 1960. Par endroit, Erevan, c’est l’Estaque de mon adolescence. J’avais parfois l’impression de me promener dans le décor de Dernier été, dans un pays où se mélangent ville et campagne, friches et autoroutes, habitants et animaux, comme dans beaucoup de pays en voie de développement du reste. Et puis on a découvert une autre manière d’appréhender le monde, dont on se disait qu’elle pouvait nous servir ici. On a aussitôt eu envie d’y
retourner régulièrement. Ce film existe donc parce qu’on a aimé ce qu’on a vu là-bas. On a aimé les gens qu’on a rencontrés et les questions qu’ils se posaient, qui sont sensiblement différentes de celles qu’on se pose ici. Au fond, j’ai l’impression que les arméniens nous ont commandé ce film. Il n’y a pas un seul endroit qu’on ait visité sans qu’on nous dise : «Faîtes un film ici. Parce qu’on a besoin d’être visibles, parce qu’on a besoin d’exister, parce que ça ne va pas...». Un film, c’est comme une source : ça disparaît, ça resurgit 5 ans plus tard, sans qu’on sache pourquoi, tout à coup c’est nécessaire. Mais déjà sur place, je répondais aux jeunes gens : «Attention, si je tourne un jour ici, ce ne sera pas un film à la Paradjanov», que j’admire par ailleurs. Dans leur esprit, le cinéma, c’est cet art monumental, ce grand art là, qui a un rapport au sacré et qui nécessite de gros budgets, de grosses caméras, des décors en studio dans la tradition soviétique... Moi, je raconterais une histoire d’amour toute simple, contrariée ou pas, entre deux jeunes gens d’ici, une histoire universelle. Je leur disais, par exemple, de faire Carmen en Arménie et je les incitais à le faire en vidéo numérique, avec montage sur ordinateur pour qu’ils parlent de l’Arménie d’aujourd’hui. Et à force de répéter cela, l’idée a fait son chemin chez Ariane. Elle tournait Brodeuses d’Eléonore Faucher dans lequel elle jouait une femme arménienne et ça l’avait conduit à rencontrer quelques personnes de la communauté. Elle m’appelle et me dit : «J’ai pensé à un sujet : un père et une fille qui ne s’entendent pas. Et lui s’en va, retourne dans son pays». Ariane est d’origine napolitaine et elle a elle-même eu des «difficultés» avec son père, dont traite la pièce Inutile de tuer son père, le monde s’en charge, écrite par son frère Pierre et qu’Ariane a mis en scène en 2004 pour le théâtre. Je lui réponds : «Pourquoi pas ? Il n’y a pas de mauvais sujet. Il n’y a que de mauvais traitements». Et elle ajoute : «On pourrait le tourner en Arménie». C’est comme cela que l’histoire est née et qu’Ariane est repartie sur place, y compris pour nourrir le film de choses vues.

À quel moment est intervenue l’écrivaine Marie Desplechin, qui co-signe avec vous deux le scénario ?
Quelques temps plus tard, Ariane était dans un jury de festival avec Marie Desplechin, qui n’avait jamais écrit pour le cinéma. On aimait bien et la femme et ses écrits et on lui a proposé cette aventure. Et l’écriture à deux mains et bientôt trois s’est menée pendant que j’enchaînais Mon père est ingénieur et Le promeneur du Champ de Mars. Elle travaille beaucoup et très bien avec les autres, comme l’a prouvé son livre La vie sauve, écrit en 2005 avec Lydie Violet, dont elle dit elle-même qu’elle ne distingue plus vraiment qui a produit quoi. Elle a eu un rôle essentiel pour tisser la toile, pour synthétiser les envies d’Ariane et les miennes, pour faire cohabiter nos intérêts de récits.

Est-ce que l’un des premiers fils de cette toile n’était pas de plonger un corps étranger dans un milieu inconnu pour que ce milieu révèle progressivement que cet individu appartenait aussi à ce territoire ?
Oui, c’est un sentiment fort qui nous était commun à tous les trois. C’est de l’ordre de la sensualité de prendre conscience que l’on ressemble à des gens et que l’on ressent quelque chose dans un espace donné. On a tous des doutes sur notre identité et c’est à la fois curieux et passionnant d’entreprendre un voyage dans sa propre identité. Aller voir par soi-même. Qu’on soit arménien, breton, gascon ou parisien, c’est une aventure intellectuelle comparable. Au fond, je crois qu’on a tous une double identité, y compris quand on provient de deux régions françaises. On peut donc revendiquer une identité à un moment et pas à un autre. C’est toujours à construire une identité, ça n’est jamais figé. Et ce n’est pas seulement un voyage dans le passé qu’on opère. L’identité est sans cesse devant nous, y compris lorsqu’on fait un voyage pour découvrir comment c’était avant. Dans tout voyage, y compris dans le passé, on va de l’avant. C’est cette dialectique qui m’intéressait, presque sur un plan pédagogique, dans un contexte contemporain de mondialisation généralisée.

C’est une des vraies questions politiques posées par le film...
Oui, je crois. Mais sans certitudes et avec de vraies remises en cause. Le personnage d’Ariane passe par des reniements et des violences. Elle leur dit qu’elle se fout de l’Arménie, qu’ils sont, pour certains, des voleurs et des escrocs, qu’elle n’a rien à faire là. Comme elle n’est pas de la génération qui a connu la résistance en France, l’invocation de la patrie ne lui fait a priori ni chaud ni froid. Mais il y a un autre constat au début du film, dans les scènes avec notre fille, à savoir que la transmission peut s’opérer entre le grand-père et la petite fille, même si elle n’a pas eu lieu entre le père et la fille. Autrement dit, d’une génération à l’autre, la question de l’identité ne se pose pas de la même manière. Quelqu’un peut parfaitement revendiquer quelque chose que son père ne valorisait pas du tout.

Parmi les idées de scénario pour constituer cette nouvelle identité, on voit qu’au début du film figure une sorte de rejet d’une intégration par l’apparat (changement de coiffure, pose de faux ongles, auxquels on renonce ensuite...) qui laisse place à la constitution d’une vie parallèle arménienne, avec découverte de sa «fille d’Arménie», d’un père et d’un mari de substitution. C’était un de vos fils rouges ?
Oui, c’est tout à fait construit comme cela, y compris avec une mise en perspective avec la vie du père qui a, lui-même, eu une aventure il y a très longtemps avec une femme très belle auprès de laquelle il retourne finir ses jours. C’est aussi une manière de dire que l’identité se construit.
Si je suis un peu plus «arménien» aujourd’hui qu’avant-hier, c’est aussi parce que j’ai rencontré énormément d’amis arméniens. Ça se choisit vite une identité, par nos pratiques. Pour moi, il faut absolument sortir de la conception régressive de l’identité, attachée aux seules «racines». Les pratiques qui constituent notre identité, ce sont aussi nos relations d’amitié, d’amour, de filiation, de travail...

L’une des sources d’étonnement par rapport à cette quête d’identité que cache la quête initiale du père aboutit trois fois à une visite d’église. Pour vous, qui êtes comme votre personnage principal, un ancien communiste, l’âme de l’Arménie réside-t-elle vraiment dans le religieux ?
L’Arménie se définit probablement par sa langue, par l’Eglise, puisque c’est le premier pays à avoir adopté la religion chrétienne comme religion d’Etat et par le génocide. Ce sont sans doute les trois piliers. Quant à moi, en tant que libre-penseur, ce qui m’intéresse dans la religion, c’est l’art, c’est le fait culturel. Ces églises-là sont très belles. Ce sont des architectures sublimes, avec une lumière souvent extraordinaire, et qui contiennent elles-mêmes des textes magnifiques, de la peinture, de la sculpture, de la musique. Ce sont comme des cinémas ces églises-là ! Par ailleurs, je suis aussi touché par le fait que le rapport au religieux des arméniens est plus personnel que chez nous, moins institutionnel, moins hiérarchisé. Ça m’émeut évidemment plus de les voir passer individuellement dans les églises, sans qu’il y ait besoin d’offices, de rituels ou d’horaires prescrits.

Pourquoi la toile peinte du mont Ararat est-elle omniprésente ?
D’abord, c’est le vrai drapeau de l’Arménie ou de l’arménité, avec ces deux montagnes dans le creux duquel l’Arche de Noé se serait arrêtée. C’est le plus haut sommet du Caucase. L’idée était évidemment que le drapeau petit à petit devienne réel. Le parcours accompli consiste à passer de la représentation du paysage à la réalité dans la dernière scène. Mais le mont est en face, en Turquie. Même dans le réel, ça reste un rêve littéralement inaccessible, puisque les arméniens ne peuvent pas traverser la frontière et se promener en fumant une cigarette comme dit le vieil homme. Bizarrement, je crois que c’est bien qu’on ne puisse pas l’atteindre et c’est aussi pour cela que j’insiste sur ce paysage mythique. Dans cette identité rêvée, quelque chose doit rester sans cesse hors de portée. Ça stimule l’imagination de ne pas pouvoir réaliser tous ses rêves. C’est comme une visée, un horizon, comme cette identité jamais acquise mais sans cesse à conquérir.

Par-delà la question de «l’arménité», le film est sous-tendu par une vraie question de cinéma qui est : comment filmer une terre étrangère ? Comment passer progressivement du regard du touriste furtif (un des rôles auxquels le vieillard essaye d’assigner l’héroïne) à celui d’un personnage qui arrive à entrer en résonance, en intelligence et en sensibilité, avec le territoire qu’il découvre ? Comment avez-vous traité cette question centrale aussi bien sur le plan du scénario que celui de la mise en scène ?
Je ne crois pas que je pouvais traiter cette question en changeant ma manière de cadrer, d’éclairer, de découper, de monter. L’idée principale, qui tient peut-être plus au scénario qu’à la mise en scène, c’est la transformation progressive des personnages secondaires en personnages principaux. Pour moi, la conclusion du film s’intéresse plus à la jeune fille qui choisit de rester sur place, au couple et son serment et au vieux monsieur qui dit à l’héroïne qu’elle a été adoptée. Or ces personnages, absents du début du film à Marseille, n’ont que peu d’importance à l’arrivée à Erevan. Ils en gagnent au fur et à mesure. En fait, tous les personnages qu’Anna rencontre après la première demi-heure montent en puissance et deviennent aussi importants qu’elle jusqu’à obtenir la conclusion.

On songe à une autre méthode, qui consiste à pratiquer des infiltrations dans la fiction d’images de nature documentaire, comme pour que s’insinue dans le film non seulement des instantanés mais des concentrés d’Arménie: la vieille dame avec son enveloppe à l’aéroport, les fleurs coupées, les femmes qui préparent le pain
On en a enlevé pas mal en fait. C’est une question qu’on se pose chaque fois qu’on tourne en extérieur et qu’on fait un cinéma plutôt réaliste. Même à Marseille, je passe mon temps à me demander pourquoi je filme ça et pas ce qui se passe de l’autre côté. Là, la question s’est posée plus fortement que jamais. Effectivement, je me disais que je devais rendre compte de certaines choses qui font l’Arménie. Sans ignorer évidemment qu’on ne peut pas tout montrer, que filmer, c’est choisir donc exclure. Mais je me sentais tenu de montrer ce qu’est l’Arménie aujourd’hui. C’était ma responsabilité aussi par rapport à cette commande que j’évoquais tout à l’heure. Je me sens autorisé à dire ce que je veux sur Marseille, à fortiori sur l’Estaque et sur la rue où je suis né, puisque c’est à moi. Ça m’appartient absolument, pas qu’à moi, mais aussi à moi. On est plusieurs à
100 % sur ce coup-là, mais j’ai 100 %. En Arménie, j’étais beaucoup plus modeste. Donc j’ai essayé de mettre plus de choses vues. Et le montage, sa maturation, a fait son oeuvre. Il reste des plans effectivement qui sont comme des irruptions qui n’ont pas d’utilité immédiate, de nécessité pour la fiction, comme les plans de marché au début. Et j’ai des amis qui me disent : «Pourquoi tu les enlèves pas ?». «Bah, parce que c’est moi qui fais le film !». J’ai toujours un peu fait ça. Sur Dernier été, mon premier film, je faisais enrager le monteur, Vincent Pinel, qui me disait : «Mais pourquoi
on garde ce plan-là ?». Et je lui répondais : «Je suis obligé de le laisser, c’est un ami d’enfance. Je ne peux pas le virer». Lui, il devenait fou furieux. Et je comprends aujourd’hui. Mais ces vieilles dames qui font le pain dans un village perdu d’Arménie, ça me fait plaisir qu’elles soient dans le film et d’imaginer que j’irais peut-être leur montrer.

Deux questions sur des curiosités esthétiques qui singularisent le film : Pourquoi utiliser ces fondus enchaînés nombreux, notamment lors des visites d’Erevan et pourquoi ces flash-back sonores sur les phrases clefs qui résonnent dans l’esprit d’Anna, qui sont entre le cliché et l’interdit ?
Je suis attaché à ces figures simples de cinéma, à ces subterfuges formels qui marquent l’insistance. Ça me plaît de jouer avec ça. Je le fais exprès pour qu’on me tape un peu dessus. Vous pouvez imaginer tous les gens autour de moi qui me disent : «Mais pourquoi tu fais ça ?». Il n’y a que Bernard Sasia, mon chef monteur qui s’est résigné et a renoncé à toute question !

Comprendre l’Arménie, c’est aussi, dans le film, comprendre sa détresse sociale et économique et révéler les traces des trafics dont elle fait l’objet. Pourquoi avoir tenu à maintenir ces trafics dans une certaine ambivalence, disons entre l’aide au développement et le symbole du libéralisme sauvage ?
Le personnage interprété par Gérard Meylan décrit clairement l’Arménie comme un début de pays. Et la première génération, même si elle est comme lui, de bonne volonté, est obligée de se salir un peu les mains, de négocier avec des réalités qui ne sont pas très «grégoriennes». Anna, elle, dans son purisme occidental, trouve ces magouilles dégoûtantes, inacceptables et parle «d’internationalisme de la saloperie». L’étrangère donne des leçons alors que lui est dans le concret tous les jours. Tous ces pays-là sont tenus par un mélange de mafieux, d’ex-KGB, d’importateurs plus ou moins véreux, comme dans toute terre d’aventure. Et il y a aussi ceux qui essaient de faire de l’humanitaire et qui peuvent appartenir aux autres catégories. Ils acceptent alors le marché noir, les petits trafics, les collaborations plus ou moins infamantes pour participer à la naissance du pays.

Parmi les audaces du scénario figure l’idée que l’héroïne est responsable de la mort d’un homme. Vouliez-vous établir qu’Anna ne pouvait plus être étrangère à cette terre, que sa seule présence avait d’ores et déjà modifié la donne et en même temps qu’elle ne comprenait pas grand-chose à ce qui se tramait autour d’elle ?
C’est cela. C’est aussi un coup de théâtre fictionnel qui permet de passer de sa vision subjective sur
le pays à une vision générale. Par cet acte involontaire, elle devient protagoniste de l’affaire. Elle est de plain-pied dans le pays et ne peut plus que se demander : «Mais qu’est-ce que je fous là ?». Et la réponse est : «J’y suis» ! J’ai toujours pensé qu’il y avait deux temps : le temps de découverte de l’extérieur, puis le temps où le personnage pénètre dans le réel et est à son tour regardé. Sur le choix de l’acte en question, ce sont des envies de réalisation, le désir ludique de voir Ariane tirer sur tout le monde, sans trembler, dans un registre qui n’est pas très habituel chez moi.

Suite à cet acte de violence, on bascule dans le polar. Mais dix minutes plus tard, on prend de nouveau un chemin de traverse en abandonnant la poursuite pour aborder le conte, en créant une sorte de paradis perdu où il fait bon vivre, mourir et tomber amoureux en un clin d’oeil. Est-ce que l’un des paris du film était de conjuguer la noirceur de La ville est tranquille et le conte, façon L’argent fait le bonheur ?
Dans ce voyage où le personnage est aux prises avec l’inattendu, il me semblait, dès le scénario, qu’il fallait confronter le spectateur à différentes formes : la chronique, le polar, le mélo, le conte... Passer d’un genre à l’autre, c’est le type de choses que j’aime bien faire. Je sais que ça passe ou ça casse et je fais tout pour que ça fonctionne. C’est un vieux truc brechtien pour secouer le spectateur, pas trop, mais suffisamment pour l’interroger sur sa condition : être dans le film, ému, aussitôt se retrouver dehors, intelligent, et replonger... Ça m’amuse de jouer au chat et à la souris. L’échange de regard entre les deux jeunes gens, le coup de foudre accompagné par le piano, moi j’adore ça. Même à la fin du mixage après 350 visions, j’ai un sourire idiot lorsque je regarde ça.

Était-ce compliqué de tourner sur place ? Comment s’est passé le casting des techniciens et des acteurs non français ?
Il n’y a pas d’infrastructure cinématographique en Arménie, donc j’ai emmené là-bas mon matériel et mon équipe technique habituels, accompagné d’une douzaine de jeunes traducteurs bilingues. On a finalement travaillé de manière très traditionnelle. Pour les acteurs, comme dans toute l’ex-URSS, il y a une grande tradition théâtrale et de nombreux acteurs qui vivent de trois fois rien. J’ai fait le tour des théâtres et j’ai distribué les rôles parmi les acteurs professionnels rencontrés sur place, y compris pour les tout petits rôles, par obligation déontologique. Quitte à tourner sur place, autant faire travailler de vrais acteurs et leur donner un peu d’argent. Roman Avinian, le vieux chauffeur, avait joué dans Vodka Lemon d’Hineer Saalem, par exemple. Pour Chorik Grigorian qui joue Schaké, on a fait des annonces à la télévision et à la radio et on a vu plus de 300 jeunes filles, lesquelles pour la plupart avaient vu certains de mes films. Celle qu’on a choisie n’avait jamais joué donc, pour l’aider et aussi pour exploiter un peu son inexpérience en renforçant l’émotion
de la première rencontre par exemple, on a tourné toutes ses scènes dans la chronologie. Et puis pendant qu’on tournait, elle a réussi le concours du Conservatoire et s’apprête donc à devenir professionnelle. Ce que j’adore chez elle, c’est que c’est une enfant. Elle ne joue pas comme quelqu’un de 17 ans, mais comme quelqu’un de 5 ans, qui n’a pas peur de faire des mimiques, des grimaces. Quand elle pleure, les larmes giclent. Elle est toujours plein pot, entière.

Vous allez montrer le film à Erevan ?
Oui, bien sûr. Je crois que le film a une importance forte pour eux et je suis très curieux de le montrer là-bas, à mes «commanditaires»! J’ai très envie de les rendre heureux. La plus belle des récompenses serait que les arméniens revendiquent le film.

Entretien réalisé le 5 avril 2006 par Stéphane Goudet.
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
wizard
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 500
Location: 47°23'55''

 PostPosted: Fri Jun 23, 2006 10:49 am    Post subject: Filmographie Reply with quote Back to top

Robert GUEDIGUIAN est né à Marseille en décembre 1953. Il est l’un des fondateurs d’ AGAT FILMS & CIE - EX NIHILO, sociétés qui ont produit entre autres : Laurent Achard, René Allio, Solveig Anspach, Jean-Christophe Averty, Dominique Bagouet, Lucas Belvaux, Didier Bezace, Luc Bondy, Peter Brook, Dominique Cabrera, Carolyn Carlson, Christine Carrière, Claire Devers, Olivier Ducastel et Jacques Martineau, Pascale Ferran, Piotr Fomenko, Jean-Claude Gallotta, Amos Gitaï, Lucile Hadzihalilovic, Cédric Kahn, Lech Kowalski, Tonie Marshall, Ariane Mnouchkine, Agnès Obadia, Christophe Otzenberger, Nicolas Philibert, Jean-Henri Roger, Ghassan Salhab, Pierre Salvadori, Claire Simon, Michel Spinosa, Paul Vecchiali, Anne Villacèque, Bob Wilson, Jean-Jacques Zilbermann...

Robert GUEDIGUIAN est auteur, réalisateur, producteur de :
1980 DERNIER ETE
1983 ROUGE MIDI
1985 KI LO SA ?
1989 DIEU VOMIT LES TIEDES
1992 L’ARGENT FAIT LE BONHEUR
1994 A LA VIE, A LA MORT !
1996 MARIUS ET JEANNETTE
1999 A L’ATTAQUE !
1999 LA VILLE EST TRANQUILLE
2001 MARIE-JO ET SES 2 AMOURS
2003 MON PERE EST INGENIEUR
2004 LE PROMENEUR DU CHAMP DE MARS
2005 LE VOYAGE EN ARMENIE

En 2000, il a mis en scène Ariane Ascaride dans une pièce d’Evelyne Pieiller : LE GRAND THEATRE au Théâtre National de Chaillot.
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
wizard
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 500
Location: 47°23'55''

 PostPosted: Fri Jun 23, 2006 10:50 am    Post subject: Fiche artistique du film Reply with quote Back to top

Fiche artistique du film Le Voyage en Arménie

Ariane ASCARIDE
Anna

Gérard MEYLAN
Yervanth

Chorik GRIGORIAN
Schaké

Roman AVINIAN
Manouk

Simon ABKARIAN
Sarkis Arabian

Serge AVEDIKIAN
Vanig

Kristina HOVAKIMIAN
Gayané

Madeleine GUEDIGUIAN
Jeannette

avec la participation de

Jean-Pierre DARROUSSIN
Pierre

Jalil LESPERT
Simon

Marcel BLUWAL
Barsam
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
wizard
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 500
Location: 47°23'55''

 PostPosted: Wed Jun 28, 2006 5:34 pm    Post subject: Le Temps: Ariane Ascaride, cœur arménien Reply with quote Back to top

28 juin 2006 | Le Temps | Norbert Creutz

Ariane Ascaride, cœur arménien

Pour «Le Voyage en Arménie», Robert Guédiguian et Ariane Ascaride se sont enfin éloignés de leurs bases marseillaises. Avec un bonheur mitigé. Ecarté de la compétition cannoise, ce regard sur l'Arménie d'aujourd'hui s'avère néanmoins captivant. Rencontre avec une actrice engagée.

Quand ce n'est pas Robert Guédiguian qui accompagne la sortie d'un de ses films, c'est Ariane Ascaride qui s'en charge. Avec une belle constance dans l'alternance. Héroïne, mais aussi scénariste du Voyage en Arménie, la volontaire Ariane peut d'ailleurs revendiquer celui-ci. Après tout, il n'existerait pas sans elle, petite-fille d'immigrés napolitains qui a tenu à rappeler ses origines arméniennes au père de leurs deux filles.

Le Temps: Qu'est-ce qui vous a amenés en Arménie ex-soviétique?

Ariane Ascaride: En 2000, nous avons été invités à Erevan pour une rétrospective des films de Robert. C'était une initiative de gens de la diaspora arménienne, qui venaient de rénover l'unique cinéma d'Erevan. J'étais fatiguée et j'y allais à contrecœur. Mais déjà sur le chemin entre l'aéroport et le centre-ville, je suis tombée amoureuse de ce pays! On atterrit là-bas le soir, et tout au long de la route, il y avait ces petits kiosques éclairés, tout pleins de fleurs coupées. C'était magnifique! Depuis, ils ont fait place à des casinos... Mais bon, je me suis très vite senti bien là-bas. Je crois qu'inconsciemment, j'y retrouvais des choses que j'avais connues durant mon enfance à Marseille. Une certaine ambiance populaire...

- Il paraît que l'idée de ce film vous revient ?

- Moi qui suis d'origine italienne, j'avais un jour fait le voyage dans l'autre sens, à Naples. Et c'est très étrange de constater que oui, il y a une part de vous qui vient de cet autre pays. J'étais sûre que Robert avait dû ressentir quelque chose d'approchant, même si l'arménité n'est pas quelque chose qui l'a beaucoup travaillé jusqu'ici: son père est arménien, mais il a plutôt adopté la culture de sa mère allemande. Pour finir, comme tout ça me travaillait, j'ai eu l'idée de cette histoire d'une femme qui part sur les traces de son père disparu. Durant le tournage de Brodeuses, dans lequel je jouais une Arménienne, Robert s'est laissé convaincre et nous avons bien sûr retravaillé ça ensemble.

- L'Arménie vous a tôt confronté à la question de l'échec communiste ?

- Vous arrivez toujours dans un pays avec des convictions, une certaine manière de penser le monde. Et puis, vous vous rendez compte que ce n'est pas obligatoirement comme ça que les choses doivent fonctionner. Là, j'ai découvert cet incroyable imbroglio dans lequel se retrouvent les gens dans les ex-républiques soviétiques. C'était déstabilisant et j'ai voulu raconter ça dans le film.

- Le personnage de l'officier joué par Gérard Meylan a devancé le vôtre sur ce terrain...

- Cet Arménien de Marseille, qui parle avec l'accent, existe vraiment! Je n'ai rien inventé. Il a réellement eu ce parcours de militant de gauche qui s'est recentré sur le combat identitaire, a commis des attentats dans les années 1980 avec l'ASALA, l'Armée secrète de libération de l'Arménie, s'est enfui et a été condamné à 30 ans de prison par contumace. Il est resté là-bas, a combattu pour le Haut-Karabakh. Il s'est fait son trou, mais au fond, lui aussi s'est lourdement trompé.

- Le film brasse large, de la religion à une diaspora tiraillée...

- D'abord, vous ne pouvez pas parler de l'Arménie sans parler de religion. Elle est pratiquée de manière très libre et individuelle, mais elle est indissociable de la culture arménienne. Quant au nationalisme, si l'on considère que l'Arménie existe depuis 2500 ans et que ce n'est devenu un Etat indépendant qu'en 1991, on peut comprendre qu'il y ait un sentiment fort d'appartenance à cette terre-là. Par contre, la diaspora née du génocide est surtout composée d'Arméniens qui vivaient en Turquie, d'où un certain décalage avec les Arméniens d'Arménie.

- Ce «sale business» que vous dénoncez est-il si apparent que ça ?

- Oh oui! On fait des «affaires» partout. Cette scène dans la boîte de nuit où un homme cherche à se procurer un avion, je l'ai vécue! On n'imagine pas ça ici, dans nos sociétés très organisées et légalisées. Mais là, du jour au lendemain, l'Union soviétique a disparu, les Russes ont tout coupé, les usines se sont arrêtées. Alors il a bien fallu repartir à zéro avecle système D. Et comme ailleurs, ce sont d'abord des anciens apparatchiks et des mafieux qui s'en sortent le mieux.

- C'est une situation qui autorise quand même un espoir ?

- Je vous avouerai sincèrement que pour moi, il est assez mince. Il y a actuellement une grande contradiction entre ce libéralisme sauvage et beaucoup d'honnêtes gens qui cherchent à retrouver leurs marques à travers la solidarité, les traditions et même un peu de l'héritage soviétique. Tandis qu'une majorité de la population vit dans la pauvreté, la télévision, qui est devenue omniprésente, diffuse les valeurs de nos sitcoms: argent, sexe et grosses voitures. Alors forcément, on en vient à se demander si c'est si formidable que ça comme évolution d'une société...

- Et les jeunes ?

- Ils partagent tous ce rêve occidental, fondé sur une fausse image. Quand vous voulez leur expliquer que tout n'est pas si facile, ils ne vous croient pas. Même les étudiants ne pensent qu'à partir. Cela pourrait pourtant être gratifiant de contribuer à la reconstruction de votre pays, non? Heureusement, certains finissent quand même par revenir, parce que leurs racines sont là.

- A l'arrivée, quelle leçon avez-vous tiré de votre «Voyage en Arménie» ?

- Que les repères identitaires peuvent être une richesse supplémentaire. Ceux qui ne veulent y voir qu'une porte ouverte aux dérives fondamentalistes se trompent. Et si j'ai réussi à imaginer ce film-là, peut-être que cela veut dire que l'identité, c'est aussi quelque chose qui peut se construire.
_________________________________________

Guédiguian s'aventure de l'autre côté du mont Ararat

Quête identitaire et deuil du communisme hantent «Le Voyage en Arménie».

Recalé à Cannes, proprement assassiné par les Cahiers du cinéma... Mais qu'a donc fait Robert Guédiguian pour se mettre à dos tout ce beau monde? Commis sa première daube? Même pas. Le moment semble juste venu de payer le prix du consensus, forcément suspect, qui avait accueilli Marius et Jeannette d'abord, puis Le Promeneur du Champ-de-Mars... Pourtant, pour qui apprécie son cinéma à la fois intelligent et populaire, c'est bien la continuité d'inspiration de l'auteur marseillais qui fait plaisir à voir dans ce Voyage en Arménie. Un film qui s'ouvre sur de nouveaux horizons pour faire découvrir un pays quasiment jamais montré à l'écran. Et s'il donne par moments à voir un côté bricolé, pas vraiment plus maladroit ou naïf pour autant.

C'est au contraire d'une nouvelle œuvre très riche et variée qu'a accouché Guédiguian, appliquant sa méthode de La Ville est tranquille à un nouveau paysage. On a à peine le temps de s'y retrouver en famille, le temps d'un prologue à Marseille, que c'est parti pour Erevan, en Arménie ex-soviétique.

Son vieux père malade (le réalisateur Marcel Bluwal) ayant disparu au lieu de suivre un traitement à l'hôpital, Anna (Ariane Ascaride), qui est médecin, finit par deviner qu'il est reparti là-bas, au pays de sa jeunesse. Ne serait-ce que pour comprendre, elle doit le retrouver. Mais autant chercher une aiguille dans une botte de foin! D'abord chaperonnée par l'homme d'affaires Sarkis (Simon Abkarian), puis livrée à elle-même avec le vieux chauffeur Manouk (Roman Avinian, le héros de Vodka Lemon), elle finit par obtenir l'aide de l'influent Yervanth (Gérard Meylan), un militaire lui aussi venu de Marseille. Au passage, elle n'aurait peut-être pas dû s'intéresser de trop près au sort de la jeune Schaké (Chorik Grigorian, une découverte), coiffeuse, danseuse et convoyeuse qui joue un jeu dangereux...

Inaccessible Ararat

Qui trop embrasse mal étreint? C'était le reproche fait en son temps à Ararat d'Atom Egoyan, film trop alambiqué qui s'attaquait au tabou du génocide de 1915. Ici, c'est avant tout du petit pays aujourd'hui appelé Arménie qu'il s'agit. Pour le faire découvrir, Guédiguian a eu recours à cette trame d'enquête assez simple, mais fortement teintée de documentaire. D'un côté la ville, l'arrière-pays et les figurants, 100% réels; de l'autre le récit, avec ses têtes plus ou moins connues (tiens, Jalil Lespert!), sa petite touche didactique (saviez-vous que l'Arménie est le plus ancien pays chrétien?) et son action à deux balles (Anna tombe sur un trafic de médicaments).

Le film procède en ajoutant des couches. Ici le constat de la faillite du communisme, là le portrait du nouveau monde des affaires, euphémisme pour la mafia. Chorik représente le choix qui attend les jeunes; Sarkis, Yervanth et l'humanitaire Simon les différentes attitudes des Arméniens de la diaspora. Les rouages de la fiction grincent un peu, on devine un peu trop les intentions, mais qu'importe. Globalement, la méthode opère à nouveau: le tableau se complexifie et on se demande vraiment comment ce pays, si beau mais si pauvre, s'en sortira.

Alors que les certitudes d'Anna vacillent, pour finir, c'est l'importance du rêve pour vivre qui est ici affirmée, à travers l'inaccessible mont Ararat, resté en Turquie. Plutôt que l'apologie du communautariste lue par certains, nous avons vu dans ce Voyage en Arménie une belle confrontation avec toutes les contradictions de l'identité. Arménienne, mais pas seulement.

_________________________________________

L'Arménie en images

Avec Le Voyage en Arménie, Robert Guédiguian est venu combler un certain déficit d'image(s). A en croire Le cinéma arménien, ouvrage collectif édité à l'occasion d'une rétrospective au Centre Pompidou en 1993, ce dernier existe pourtant, dessinant les contours d'une nation éclatée, mais non moins réelle. Quel rapport cependant entre les films poétiques de Sergueï Paradjanov (alias Sarkis Parajanian) et d'Artavaztd Pelechian et ceux des cinéastes de la diaspora, comme Rouben Mamoulian ou Henri Verneuil (alias Achod Malakian)?

Depuis l'indépendance, en 1991, l'Arménie a produit une quarantaine de films, plus ou moins bricolés. Bien sûr, il y a eu Calendar et Ararat du Canadien Atom Egoyan, mais le pays actuel y apparaissait à peine. Seul Vodka Lemon de Hiner Saleem (un Kurde), situé dans un village de haute montagne, en avait montré un peu plus. C'est dire l'importance de ce Voyage en Arménie pour la construction d'une nouvelle identité arménienne!

© Le Temps 2006
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
Sarkis
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 384
Location: Bern/Fribourg

 PostPosted: Fri Jun 30, 2006 4:39 pm    Post subject: Ariane Ascaride se met à la plume-Tribune de Genève Reply with quote Back to top

Vendredi 30 juin 2006
La Tribune de Genève

Ariane Ascaride se met à la plume

Interview - Dans «Le Voyage en Arménie», l’actrice était aussi scénariste.


pascal gavillet
Publié le 29 juin 2006

Compagne de Robert Guédiguian, Ariane Ascaride est impliquée tout particulièrement dans Le Voyage en Arménie. Elle en a en effet coécrit le scénario, avec Marie Desplechin et Guédiguian. On a fait le point avec elle, en visite à Genève la semaine dernière.



Ariane Ascaride. © Olivier Vogelsang
Qu'est-ce qui vous a décidée à vous mettre à l'écriture?
J'en ai eu l'idée durant le tournage de Brodeuses d'Eléonore Faucher. J'ai appelé Robert et lui ai parlé de cette histoire. Il m'a dit: «écris-la et si c'est bien, on fait le film.» Puis peu de temps après, je me suis retrouvée dans un jury avec Marie Desplechin. Le feeling a été immédiat et nous avons écrit le scénario ensemble. Mais avant, j'ai eu besoin de repartir seule en Arménie avec un dictaphone. Au final, cette expérience a été jubilatoire. Je vais d'ailleurs la réitérer.

Revenons à votre rôle. Le personnage d'Anna est par moments antipathique. Aux antipodes de l'image que vous dégagez.
Oui, elle est emmerdante. Mais je tenais à ce qu'elle soit comme ça. Anna s'est construite complètement. Son parcours n'a rien d'évident. D'où sa vigueur, mais aussi sa raideur. En plus, cela m'amusait de jouer un rôle moins sympathique que d'habitude. Il y a du reste des aspects de moi dans ce personnage. Par exemple, sur un plateau, j'aime que les choses soient bien organisées. Sinon, ça ne me va pas du tout.

Depuis Marius et Jeannette, on a le sentiment que vous vous diversifiez de plus en plus.
Cela me plaît énormément de rentrer dans des mondes. Il y a malgré tout des choses que je ne fais pas. Je ne serai jamais au générique de grosses comédies françaises. En plus, on ne me le demande pas. A raison: je risquerais de refuser.

Tourner dans la plupart des films de son compagnon, n'est-ce pas difficile?
Non, car nous séparons les choses. Le tournage surgit comme une parenthèse. Et lorsque je tourne avec d'autres cinéastes, rien ne me manque. Mais j'ai chaque fois besoin de mettre en place de la complicité.

Avez-vous regretté de ne pas être dans son film sur Mitterrand, Le Promeneur du Champ de Mars?
Non, mais le fait de ne pas être sur le bateau me manquait.

On peut vous voir aussi ces jours dans Changement d'adresse, d'Emmanuel Mouret. Un mot sur ce film?
Je suis fière d'y avoir participé. Je lui ai d'ailleurs dit oui sans lire le scénario.


--------------------------------------------------------------------------------
A savoir
Le voyage en armenie de Robert Guédiguian, avec Ariane Ascaride, Gérard Meylan, Chorik Grigorian, Roman Avinian, Simon Abkarian, Jean-Pierre Darroussin, Jalil Lespert.
Durée: 2 heures 05



--------------------------------------------------------------------------------
«Voyage en Arménie» contrasté
Ce Voyage en Arménie ressemble à une pause dans la carrière de Guédiguian. Une parenthèse entre deux films à l'engagement plus affirmé, plus direct aussi. Ce voyage, c'est celui qu'une femme, Anna, entreprend pour parler encore à son père qu'elle et nous savons condamné. Périple familial, en pays étranger également (pourtant, rien de folklorique ici), et dans une réalité socio-politique différente, une réalité dans laquelle tous les repères usuels finissent par s'évanouir.

Dans Le Voyage en Arménie, Robert Guédiguian procède sur un faux rythme. Lente mais pas contemplative, calculée mais jamais statique, la narration épouse ici la trajectoire d'Anna, héroïne dont l'empathie subit à son tour des hauts et des bas.

La mise en scène observe un certain dépouillement, mais parler d'épure à propos du film serait faux. D'où des impressions contrastées, parfois même contradictoires, à sa vision. Ce Voyage en Arménie, personne n'en ressort tout à fait indemne. Et c'est tout à fait bon signe. (pg)
_________________
Sarkis Shahinian
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
Sarkis
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 384
Location: Bern/Fribourg

 PostPosted: Fri Jun 30, 2006 4:42 pm    Post subject: Reply with quote Back to top

L'amène Arménie de Guédiguian
Fine incursion du Marseillais sur les terres de ses ancêtres.


par Antoine de BAECQUE
Libération: mercredi 28 juin 2006

Jusqu'à présent, l'Arménie avait le statut de clin d'oeil dans le cinéma de Robert Guédiguian, du moins dans ses douze premiers films : un dialogue, des notes de musique, un personnage secondaire, et le nom du cinéaste, évidemment, fils et petit-fils d'Arméniens de Marseille, mais Allemand par sa mère et surtout enfant de l'Estaque. L'Arménie comptait peu comme «identité» chez ce marxiste pour qui le monde se divise entre riches et pauvres, seul conflit méritant attention. Pourtant, depuis qu'il est devenu un cinéaste connu, Guédiguian n'a pas laissé sa part d'engagement pour la cause (notamment la reconnaissance par la France du génocide de 1915), et l'on sentait que de plus en plus, l'Arménie le travaillait de l'intérieur.

Imagerie. Aujourd'hui, ce pays en dedans, il part à sa rencontre au dehors, à Erevan, faisant voyager, depuis Marseille (où le film commence), les danses folkloriques et l'imagerie du mont Ararat, pour voir comment elles tiennent le coup dans la réalité d'un monde postcommuniste, corrompu, mais dont le bordel fleure bon les senteurs et les couleurs locales. La bonne idée du film est d'avoir piégé l'identité arménienne à front renversé. Les figures qui transportent cette arménité impossible sont Ariane Ascaride, fille d'émigrés italiens, et Marcel Bluwal, juif d'Europe centrale, qui jouent Anna, docteur des hôpitaux de Marseille, et son père Barsam, vieillard pas commode qui veut finir ses jours au pays, dans le village des montagnes arméniennes où il a maîtresse et famille. La première, figure double de Guédiguian, ne s'est jamais considérée comme «de là-bas» ; le second fuit pour retrouver une fille qu'il a mal aimée (et le lui a bien rendu). La voilà partie pour son «voyage en Arménie» à la recherche d'un père qui n'a laissé ni adresse ni amour, juste un indice, une vieille photo de musiciens où il tient la guitare.

Bifurcations. Anna ne veut rien découvrir, surtout pas de racines, et ne débarque pas à Erevan la larme à l'oeil, plutôt le rictus désabusé aux lèvres. Elle n'y comprend rien et vient une semaine, pas un jour de plus. Elle repartira comme elle l'entendait, sans bagages, ni tambour ni trompette. Mais avec une famille d'élection en bandoulière, jumelle des proches de Marseille. Le voyage aura donc laissé le père identique, râleur indécrottable, et donné à Anna l'occasion de quelques rencontres. Avec une adolescente qui ressemble à sa fille, avec un homme qui n'a rien de son mari mais fait l'affaire en ex-gauchiste marseillais reconverti en héros de l'armée arménienne (Meylan, très à l'aise du côté du Haut-Karabagh...). Avec des genres de cinéma aussi, puisque le film ne cesse de bifurquer, d'un hôtel à un salon de coiffure, d'un road movie brinquebalant aux courses-poursuites d'un polar improvisé, des églises aux escarpins, de la ville à la campagne. La seule chose que Guédiguian ne ramène pas d'Erevan, c'est la mièvrerie touristique. Et ce qu'il conserve, où qu'il filme, est l'acuité d'un regard, celui qui prend à revers les cartes postales.
_________________
Sarkis Shahinian
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> General All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum