www.armenian.ch www.armenian.ch
All Good-Willed Armenians


[E F] "Beast on the Moon" prohibited by Turkey in

 
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide
View previous topic :: View next topic  
Sarkis
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 384
Location: Bern/Fribourg

 PostPosted: Fri Jul 09, 2004 3:04 pm    Post subject: [E F] "Beast on the Moon" prohibited by Turkey in Reply with quote Back to top

The California Courier | Harut Sassounian

Turkey Forces German Director To Cancel Armenian Genocide Play

Texte en français ici


Richard Kalinoski's award-winning play, Beast on the Moon, which has two
survivors of the Armenian Genocide as its central characters, was removed
from a German festival in April under pressure from the Turkish government.
Knut Weber, a German theater director who had successfully presented
Beast on the Moon to enthusiastic audiences in the cities of Tubingen and
Karlsruhe, had submitted the play to the annual European Culture Days
Festival of Karlsruhe that had Istanbul as its theme this year. The
festival features the national culture, cuisine, and art of a different
city each year. It is a major German cultural event that lasts for four
weeks and is attended by thousands of visitors.
As soon as Beast on the Moon appeared in the schedule of plays to be
presented at the festival, Weber was contacted by Kuk, the Turkish Consul
General in Karlsruhe. He told Weber that unless he withdraws the play, the
Turkish government would boycott the festival, leading to the cancellation
of dozens of events, including performances by artists from Turkey. It was
feared that the large Turkish population of Southern Germany would then not
attend the festival.
Incredibly, instead of resisting the Turkish threats, Weber agreed to
withdraw the play from the festival. In an e-mail, Weber told Kalinoski
that "in order not to break off contact with Turkey, and to avoid a big
scandal, we left 'Beast' in our repertoire, but took it out of the festival
schedule." David Grillo, a New York producer who will mount the first New
York City production of Beast on the Moon next year, stated in a press
release that some Germans, including journalists, felt that removing the
play from the festival was "a big mistake."
Even though the cancellation of the play made the denial of the Armenian
Genocide by Turkey a subject of widespread conversation in that part of
Germany, I agree with those who believe that Weber was wrong in pulling the
play from the festival. By doing so, he unwittingly helped the Turks
accomplish their objective of preventing a German audience from becoming
aware of the Genocide committed by Turks against the Armenians.
Imagine if some foreign country had demanded the withdrawal of a play on
the Jewish Holocaust from a festival in Germany and if the Germans had
agreed to such an outrageous request. That country would have been soundly
criticized around the world and those Germans who had gone along with the
request would have been fired from their jobs. Yet, when that happens to a
play on the Armenian Genocide, there is no worldwide outcry against it.
And, once again, no condemnation is issued either by the Armenian
government or Armenian organizations in the Diaspora!
Turkish Paper Threatened With Lawsuit
Last month, I wrote about a column written by Burak Bekdil, a commentator
for the Turkish Daily News, in which he had claimed that two Armenians had
expressed pro-Turkish views on the Armenian Genocide during a social
conversation he had with them over a cup of coffee in front of the Marriott
Armenia hotel in Yerevan.
Both Armenians, Nishan Atinizian of Boston and David Atanessian of Yerevan,
vehemently denied making the statements attributed to them by Bekdil.
Subsequently, Atanessian sent a letter to Bekdil asking that his denial be
printed in the Turkish Daily News in order to set the record straight. Here
are some excerpts from his letter:
"With great dismay I read your article, "Why Turks and Armenians must
eventually shake hands" where the opinions about improving Armenian-Turkish
relations expressed by Nishan Atinizia
n and myself were falsified and
heavily distorted. We never questioned the recognition of the Armenian
Genocide by present day Turkey. The Turkish government is responsible for
recognizing the Armenian Genocide.
"Mr. Atinizian never said that he 'does not care if the Americans or the
French recognize the Genocide' nor he blamed politicians for benefiting
from the Armenian Cause. The recognition of the Armenian Genocide will help
resolve the problem between Armenia and Turkey.
"I do support the improvement of Armenian-Turkish relations. However, you
misinterpreted my views that the Ottoman Government masterminded the
Armenian Genocide by making me claim that it was carried out by the Kurds.
... I would strongly urge you to print my denial of your article in the same
newspaper."
The Turkish Daily News has not published Atanessian's letter. In a
subsequent letter addressed to me and posted on groong, Atanessian said
that there were "more than 5 witnesses to our conversation and all of them
can prove that the Turkish journalist distorted and falsified Mr. Nishan
Atinizian's and my views expressed during our generally neutral
conversation."
Atanessian threatened to take legal action against Bekdil if he failed to
retract the article.
_________________
Sarkis Shahinian
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
iminhokis
Wizards


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 3321

 PostPosted: Fri Jul 09, 2004 3:05 pm    Post subject: Reply with quote Back to top

Ich hab das Theaterstück auf Video. Werde schauen ob es Untertitel halt, allenfalls fürs Camp.
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website MSN Messenger ICQ Number
wizard
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 500
Location: 47°23'55''

 PostPosted: Mon Aug 16, 2004 1:11 pm    Post subject: "Une Bête sur la lune", cible de la censure turque Reply with quote Back to top

16 juillet 2004 | yevrobatsi | Texte intégral de David Grillo - Traduction Louise Kiffer

"Une Bête sur la lune", cible de la censure turque

Knut Weber est un directeur de théâtre allemand qui s’est trouvé récemment entraîné dans une troublante affaire politique.
Au début de l’année, M. Weber dirigeait la pièce de Richard Kalinoski « Une Bête sur la Lune », à Tübingen en Allemagne. La pièce avait été bien accueillie par le public et par la presse. [Pièce classée en 1995 comme l’une des dix meilleures productions de l’année par « the Philadelphia Inquirer, ayant en 1996, obtenu le Osborne Award de l’American Theater Critics Association et le Prix de la critique au Humana Festival of New American Plays de Louisville, Kentucky (Ndt)].
L’immense succès d’ « Une bête sur la Lune » dans le monde entier a sans doute provoqué en partie l’irritation des agents du gouvernement turc qui devinrent les adversaires de M. Weber dans la crise récente. Mais ce qui les agaçait le plus, c’est que les deux principaux personnages de la pièce étaient des survivants du Génocide arménien de 1915.
Knut Weber a pris la pris la direction artistique de la « Badisches Staatstheater » de Karlsruhe, ville du sud de l’Allemagne, au bord du Rhin. Le Staatstheater est l’un des plus grands théâtres allemands. Quand la pièce fut représentée, elle fut passionnément accueillie par le public et la critique. M. Weber pensa alors à la soumettre au Festival de la Culture européenne de Karlsruhe, qui choisit chaque année un thème européen différent. Cette année, le thème était Istanbul.

M. Weber reconnaît que soumettre une pièce sur les rescapés arméniens à un festival sur Istanbul était une idée inhabituelle, mais dans son esprit, le Festival « n’était pas seulement une attraction touristique, mais aussi l’occasion de poser des questions sérieuses sur l’histoire et la culture de la Turquie ». Ce festival est un événement culturel allemand très important, il dure quatre semaines tous les ans au printemps et présente des centaines d’expositions dans des musées, des conférences littéraires, des concerts, des séances de cuisine, d’art, de théâtre et autres activités.

Quand « Une Bête sur la Lune » apparut dans le programme des pièces qui devaient être présentées, M. Weber reçut un coup de fil d’un certain M. Kuk, qui est le Consul général de Turquie de la ville, c’est-à-dire un représentant du Gouvernement turc d’Ankara. Il informa M. Weber que si le Festival présentait « Une Bête sur la Lune » la Turquie boycotterait officiellement tout le Festival. L’Allemagne du sud a une très importante population turque, dont très peu de personnes assisteraient au festival en cas de boycott de l’Ambassade. Des douzaines d’événements seraient annulés, dont plusieurs devaient venir d’Istanbul.

Lors d’une réunion ultérieure, M. Kuk précisa que l’ordre était venu au Consulat par Ankara, et qu’il n’avait pas eu voix au chapitre. M. Kuk ajouta que le gouvernement turc estimait que les événements de 1915-16 étaient historiquement discutables et étudiés par les historiens. Ankara croit à l’existence, à l’époque, de terroristes arméniens qui avaient provoqué les massacres. M. Weber reçut également un livre de l’Ambassade de Turquie, en anglais, qui décrivait la position officielle turque sur le Génocide, citant le film récent « Ararat » comme exemple. « Ainsi, l’effet émotionnel de l’Art est souligné, l’art comme arme arménienne ». M. Weber et ses collègues du Staatstheater ressentirent fortement la manœuvre intentionnelle d’intimidation et décrivirent tout l’incident comme dérangeant et désagréable.

« Les œuvres d’art se répandent, deviennent gênantes et ne peuvent plus être contestées , ce qui est le but de l’art » dit Stephen Feinstein, directeur du Centre pour les études sur l’Holocauste et le Génocide à l’université du Minnesota. « Les artistes ne peuvent pas si facilement être cooptés, ils ont le
urs idées, celui qui a une mentalité totalitaire verra le pire, et celui qui a une mentalité démocratique verra le meilleur. A ce jour, "Une Bête sur la Lune" a reçu 30 prix, y compris les Tony-awards, à la fois de Paris, de Buenos Ayres et les Victoires de la meilleure pièce dans toutes les capitales.

C’est là un record remarquable, et pourtant l’auteur dramatique, Richard Kalinoski exprime quelque surprise devant l’anxiété turque au sujet de sa pièce. « Mon désir d’écrire cette pièce n’a jamais été de faire un débat politique, mais j’ai toujours été attiré par ce jeune couple et leur courage pour essayer de surmonter la perte de leurs familles. Je crois que c’est ce qui fait surtout le succès de la pièce, c’est d’abord l’histoire des gens, l’arrière-plan historique vient à la suite du drame humain ». Mais « Une Bête sur la Lune » est une pièce sur deux survivants, et tout au long de l’histoire, les spectateurs apprennent les détails déchirants du Génocide arménien.

Finalement, Knut Weber et le Staatstheater décidèrent de retirer « Une Bête sur la Lune » du programme du Festival par déférence vis-à-vis des artistes qui autrement n’auraient pas pu jouer. Ils présentèrent cependant la pièce à quatre reprises au cours du mois, en dehors du festival. M. Weber affirma ironiquement qu’"Une Bête sur la Lune" a dominé complètement les discussions publiques au sujet du Festival cette année. Plusieurs politiciens dirent que cette pièce posait un problème politique ; que la politique officielle turque devait changer car il y a d’amples preuves historiques qui doivent être reconnues, sinon la Turquie ne sera pas acceptée comme membre de l’Union Européenne, ce qu’elle désire vivement. »

« Les Européens ont un gros problème avec la demande turque, car la Turquie et l’Europe ne sont pas vraiment une unité » continua-t-il. C’est là une part inconnue de l’histoire turque. Adolf Hitler a cité l’extermination des Arméniens comme base de l’holocauste juif. C’est pour cette raison que j’ai voulu présenter la pièce. La politique turque ignore cette Histoire, bien qu’elle veuille faire partie de le communauté européenne. Un pays qui nie sa propre histoire a un problème avec la démocratie. Ankara et le consulat turc ont répondu très sèchement, et sur un ton dictatorial, qui ne ressemble pas du tout à une attitude démocratique »

Ce fut un grand scandale, dit Weber. Il engendra une très grande discussion." La Bête sur la Lune" fut un succès fantastique, les gens ont réagi avec beaucoup d’enthousiasme. Mais quelques personnes, journalistes ou non, sentirent que le théâtre avait commis une grosse erreur en retirant la pièce du programme du Festival. Weber a rapporté certaines de ces critiques, telles que : Pourquoi le théâtre a-t-il eu la faiblesse de retirer la pièce du Festival ?
Néanmoins M. Weber a eu aussi des supporters. A son avis, la discussion n’aurait pas été soulevée s’il avait insisté pour jouer sous les auspices du Festival. « En Allemagne, il est très important de ne pas perdre le contact avec les Turcs car sur la table repose la question cruciale de leur maturité en tant que nation et de leur admission possible dans l’UE, dit-il. La pièce de M. Kalinoski n’est pas seulement sur les Arméniens mais sur l’exil et la guérison. Et après coup, beaucoup d’Allemands ont été enthousiastes. La presse aussi a répondu très favorablement. Ils l’ont tous aimée. Et la discussion a été formidable, nous avons eu des Arméniens, des professeurs d’histoire, des médecins, des gens qui avaient été emprisonnés en Turquie, tous impatients d’exprimer leurs opinions sur les questions politiques importantes. Je ne pense pas qu’aucun Turc l’ait vue, cependant.

Les Turcs auront d’autres occasions de se joindre aux discussions engendrées par "Une Bête sur la Lune". M. Weber a récemment pris ses dispositions pour produire la pièce à Cologne pour quelques représentations dans une église arménienne. Le Staatstheater a l’intention de garder eUne Bête sur la Lunee à son répertoire, pour la réouverture en automne, et jusqu’au déb
ut de 2006. Et la température de la discussion va encore s’élever par la production new-yorkaise d’"Une Bête sur la Lune" qui va s’ouvrir au printemps 2005.

Pour information, voici l'adresse e-mail de l'auteur de la lettre collective envoyée le 12 juin, et intitulée Beast on the moon - german prodduction : Beastonthemoon@nyc.rr.com

Source: www.yevrobatsi.org
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum