www.armenian.ch www.armenian.ch
All Good-Willed Armenians


Lettre ouverte aux négationnistes et à M. Mustafa Gencer

 
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide
View previous topic :: View next topic  
wizard
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 500
Location: 47°23'55''

 PostPosted: Mon Mar 05, 2007 8:49 pm    Post subject: Lettre ouverte aux négationnistes et à M. Mustafa Gencer Reply with quote Back to top

Lettre ouverte aux négationnistes et à M. Mustafa Gencer en particulier

Aujourd'hui lundi 5 mars, M. Mustafa Gencer a pris la parole à la radio romande (à écouter ici) pour prendre la défense des propos tenu par M. Dogu Perincek. Il prétend défendre ainsi son pays d'origine en exprimant "son opinion".

Monsieur Gencer, le négationnisme n'est pas une opinion, c'est un crime. Répandre un mensonge en inversant le poids de la faute est une atteinte à la dignité humaine.

Celui qui honnêtement recherche la vérité ne peut se limiter à lire les publications de pseudo-historiens à la solde d'un état qui ne se distingue pas par son respect des droits de l'homme.

Celui qui honnêtement aime la Turquie et les citoyens Turcs se bat pour que la vérité puisse enfin être dite dans ce pays qui vit sous la chape de plomb du mensonge, ce même plomb qui a armé la main de l'assassin de Hrant Dink.

Soutenir le discours de M. Perincek au nom de la liberté d'expression est faire preuve d'une ignorance crasse et de l'histoire, et du droit.

Personne ne s'abaissera à répondre à la mise en question de la réalité du génocide. Tous les historiens spécialistes des génocides et reconnus comme tels par leurs pairs ont depuis des années démontré que l'Empire ottoman, père de la Turquie actuelle, a planifié, organisé et exécuté un plan diabolique d'éradication des Arméniens, en prenant soin de le nier constamment (cf. letter of the International Association of Genocide Scholars ). Que ceux qui ne le savent pas encore retournent à l'école, de préférence dans un pays où le ministre de l'éducation ne met pas au programme scolaire un concours de négation du génocide des Arméniens (voir à ce propos ces documents).

Il y a heureusement aujourd'hui en Turquie, ce qui est tout à l'honneur des intellectuels de ce pays, de plus en plus d'historiens qui osent parler et qui affirment aujourd'hui clairement l'évidence du génocide des Arméniens. Peut-on espérer que la lumière de la vérité touchera un jour le coeur et l'intellect de Monsieur Gencer ?

Soutenir le discours de M. Dogu Perincek, c'est soutenir la théorie du complot. Qui peut honnêtement prétendre défendre une telle théorie sans aucune pensée raciste ? Qui peut oser déclarer défendre un appel à la haine par amour pour sa patrie turque ? Qui peut ignorer que stigmatiser un peuple tout entier en le traitant de manipulateur tirant les ficelles du monde ne fait que perpétuer le discours des Jeunes Turcs du Comité Union et Progrès à la veille du génocide des Arméniens, pour que la foule haineuse puisse ensuite s'adonner dans l'allégresse à la grande fête du crime contre l'humanité ?

Pour ce qui est de l'ignorance du droit, il nous faut rappeler à Monsieur Gencer que le droit d'expression n'est pas le droit d'insulter, ni le droit d'appeler à la haine. Partout en Europe, le droit d'expression est soumis à des valeurs supérieures comme la dignité humaine, la défense des victimes du racisme et des crimes contre l'humanité.

Il faut en outre rappeler à Monsieur Gencer quelques notions essentielles qui ont été très clairement présentées par Harout Sassounian:
- Il n'y a pas équivalence morale entre les lois européennes restreignant la dénégation du génocide et les lois turques qui interdisent sa reconnaissance. En Europe, il est contraire aux lois de mentir, alors qu'en Turquie, il est contraire à la loi de dire la vérité sur le génocide !
- Les lois mémorielles n'empêchent pas le débat d'historiens dans le cadre de recherche, elles défendent la mémoire de victimes sans sépulture et la dignité humaine des rescapés qui n'en finissent pas de s'effondrer sous les coups de couteaux du mensonge grossier.

Mais peut-être cette lettre est-elle inutile ? Il y a des ténèbres qui ne recoive pas la lumière. Peut-être même Monsieur Gencer nous donnera la semaine prochaine "son opinion" sur les chambres à gaz ?

g-waw Star wars Spirit of Havanna
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
wizard
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 500
Location: 47°23'55''

 PostPosted: Tue Mar 13, 2007 1:27 pm    Post subject: Droit de réponse Reply with quote Back to top

Droit de réponse

Messieurs

Je viens de lire votre lettre ouverte adressée à mon nom. En utilisant un ton intimidant, vous m’avez choisi comme cible devant l’opinion publique à cause d’avoir défendu la liberté d’opinion et d’expression l’occasion d’un interwiew à la radio. Je constate que nous ne partageons pas les mêmes valeurs concernant cette liberté.

Vous ne savez probablement pas, j’ai de nombreux amis arméniens, notamment [g-waw] de votre association (Veuillez lui transmettre mes bonnes salutations à cette occasion). Je constate aussi que vous connaissez mal les Turcs. En effet les Turcs de Lausanne feront plaisir de faire votre connaissance, par exemple autour d’un repas amical pour établir des liens même si les opinions sont différentes.

Avec mes meilleures salutations

M.Gencer
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
wizard
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 500
Location: 47°23'55''

 PostPosted: Tue Mar 13, 2007 1:29 pm    Post subject: Certains de mes meilleurs amis Reply with quote Back to top

Non Monsieur Gencer, aucun négationniste ne peut prétendre être mon ami (et mes amis ont la politesse minimale d'orthographier correctement mon nom). Quand on avance sur la voie de la vérité, il faut savoir se libérer des mauvais compagnons. Tout le monde ne peut affirmer être un homme libre.

Le texte suivant mettra donc un terme à cet échange:
___

Certains de mes meilleurs amis

par Umberto Eco, publié dans Le Monde, édition du 13 août 2006)

Lors de la récente polémique suscitée par ses attaques contre les Allemands, le sous-secrétaire d'Etat au tourisme Stefani, pour témoigner de ses bonnes intentions, mit en avant le fait que sa première femme était allemande. Piteux argument, à vrai dire : s'il s'était agi de sa femme actuelle, pourquoi pas, mais qu'il s'agisse de sa première femme (qu'il avait de toute évidence quittée, ou qui l'avait quitté) est précisément le signe qu'il n'était jamais parvenu à une parfaite entente avec les Allemands. L'argument de l'épouse est très faible : si ma mémoire est bonne, Céline avait une femme juive, et Mussolini eut pendant longtemps une amante juive, sans que cela les empêche, quoique sous des formes différentes, d'éprouver des sentiments incontestablement antisémites.

"Some of my best friends" (certains de mes meilleurs amis) : cette expression est devenue, en particulier aux Etats-Unis, proverbiale. En règle générale, celui qui commence ainsi, en affirmant que certains de ses meilleurs amis sont juifs (ce qui peut arriver à n'importe qui), continue avec un "mais" ou un "pourtant" et poursuit avec une philippique antisémite. Une comédie sur l'antisémitisme intitulée Some of My Best Friends se jouait à New York durant les années soixante-dix. Ce préambule signale immédiatement l'antisémite - au point que, paradoxalement, j'en étais arrivé à décréter qu'un discours antiraciste devait débuter par "certains de mes meilleurs amis sont antisémites...".

"Some of my best friends" constitue un exemple de ce que la rhétorique classique appelle concessio ou concession : on commence par flatter l'adversaire en affichant que l'on partage l'un de ses arguments avant de passer à l'offensive. Si j'entamais un discours avec "certains de mes meilleurs amis sont siciliens", je serais manifestement sur le point de proposer ma candidature pour le prix Bossi.

Notons, en passant, que bien qu'il soit plus rare, l'artifice opposé fonctionne également : je n'arrive pas à me rappeler si j'ai des amis à Termoli Imerese, à Canberra et à Dar es-Salaam (par pur hasard), mais si je commençais un discours avec "je n'ai pas d'amis à Canberra", il est probable que ce qui suit serait un éloge inconditionné de la capitale australienne.

[...]

Si quelqu'un démarre par une concession, prenez garde à ce qui va suivre. In cauda venenum.
___
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum