www.armenian.ch www.armenian.ch
All Good-Willed Armenians


EU-Garthon Report amended- Le rapport Garthon de l'UE amendé

 
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide
View previous topic :: View next topic  
Sarkis
Site Admin


Joined: 25 Oct 2003
Posts: 384
Location: Bern/Fribourg

 PostPosted: Wed Jan 28, 2004 8:43 am    Post subject: EU-Garthon Report amended- Le rapport Garthon de l'UE amendé Reply with quote Back to top

FEDERATION EURO-ARMENIENNE
pour la Justice et la Démocratie
Avenue de la Renaissance 10
B – 1000 BRUXELLES
Tel./Fax : +32 (0) 2 732 70 27
E-mail : contact@eafjd.org
Web : http://www.feajd.org


COMMUNIQUE DE PRESSE
27 janvier 2004
Contact: Talline Tachdjian
Tel.: +32 (0)2 732 70 27


PE /ARMENIE /CAUCASE : LE RAPPORT GAHRTON LARGEMENT MODIFIE
par la Commission des Affaires Etrangères

« Le Parlement [européen] réitère sa position établie dans sa résolution du 18 juin 1987 sur une solution politique de la question arménienne »

Le rapport rappelle
- La résolution sur le génocide des Arméniens de 1987
- Les conséquences du blocus de l’Arménie sur la crise énergétique
- Qu’aucun pays ne doit être exclu de l’utilisation des ressources énergétiques de la région (cf. Baku - Ceyhan)

Bruxelles, Belgique – La Fédération Euro-Arménienne pour la Justice et la Démocratie informe que, le mardi 27 janvier 2004, la Commission des Affaires Etrangères, des Droits de l’Homme, de la Sécurité Commune et de la Politique de Défense (AFET) du Parlement européen a examiné, amendé et adopté un important rapport constituant une proposition de recommandation « sur la politique de l’Union européenne à l’égard du Caucase du Sud » du député européen Per Gahrton (Verts; Suède).

Depuis la publication du rapport initial en décembre dernier, la Fédération Euro-Arménienne avait dénoncé les positions partiales et sans fondement de certaines dispositions dans ce document ; elle avait réagi en menant dans plusieurs pays européens une action concertée d’envergure auprès de députés de toutes tendances confondues afin d’aboutir à un texte plus équilibré.
Plus de 100 amendements avaient été déposés.

La proposition de recommandation rappelle la vocation européenne des trois pays de la région, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Géorgie, et recommande au Conseil européen d’inclure ces états caucasiens dans la politique de l’Europe élargie de la Commission européenne.

La Fédération informe que l’AFET a adopté un grand nombre d’amendements ce qui a largement modifié le contenu du rapport.
Parmi les points modifiés, la Fédération Euro-Arménienne souligne ceux qui portent sur les relations de l’Arménie avec la Turquie et l’Azerbaïdjan, sur l’aide de l’Europe à la gestion des ressources énergétiques de la région, et le règlement des conflits.

Sur les relations de l’Arménie avec la Turquie, les députés ont voté un amendement présenté par le rapporteur lui-même, demandant à la Turquie de se conformer à son statut de candidat, d’établir des relations de bon voisinage, de lever les restrictions sur le commerce avec l’Arménie, de rouvrir progressivement sa frontière terrestre avec ce pays.
Il est à noter que le texte, qui, dans sa version initiale gardait le silence sur le génocide et le blocus, stipule maintenant clairement que « le Parlement [européen] réitère sa position établie dans sa résolution du 18 juin 1987 sur une solution politique de la question arménienne », faisant allusion à la reconnaissance par la Turquie du génocide des Arméniens comme condition à son entrée en Europe.

« Les modifications intervenues aujourd’hui dans le rapport ont changé la nature de cette recommandation : en particulier, la confirmation de la résolution du 18 juin 1987 sur la reconnaissance du génocide mise en relation avec le rappel à la Turquie de son statut de candidat à l’Europe, est pour nous une victoire sur toutes les forces qui tentent en Europe d’imposer le silence sur l’importance de la question du génocide dans les critères d’adhésion. Cette confirmation suggère que la politique de négation du crime par la Turquie est un facteur d’insécurité et d’instabilité qui menace les intérêts de l’Europe dans la région » a commenté Hilda Tchoboian, Présidente de la Fédération Euro-Arménienne.

Le rapport souligne également les conséquences
aggravantes sur la crise énergétique, du double blocus de l’Arménie par la Turquie et l’Azerbaïdjan, et préconise le développement de sources d’énergies de substitution préalable à toute fermeture de la centrale nucléaire de Medzamor.

Enfin, le texte adopté recommande aux pays concernés par le projet Baku-Tbilissi-Ceyhan de promouvoir une coopération ouverte n’excluant aucun pays de « l'utilisation des ressources énergétiques et le tracé des oléoducs, afin de contribuer efficacement au rétablissement de la stabilité régionale ».

Sur l’Azerbaïdjan, le rapport exprime son inquiétude sur la situation des Droits de l’Homme et la liberté des médias, et demande « une enquête complète, transparente et approfondie concernant les événements survenus après les élections présidentielles du 15 octobre 2003 ».

La Fédération rappelle qu’un grand nombre de considérations qui, dans le rapport initial, faisaient allusion aux seuls réfugiés et PDI (Personnes Déplacées en Interne) azéris, ont été remplacées, après le vote, par des décisions concernant les réfugiés et PDI des trois pays du Caucase du Sud.
Lors de la réunion de la Commission, le résultat du vote de l’amendement 95 présenté par le rapporteur Mr Gahrton a été validé par le président de séance après avoir fait l’objet de contestations. Le texte de cet amendement fait une tentative de traitement du problème du conflit du Karabagh, faisant allusion à un plan hypothétique qui aurait pour perspective, du côté arménien, l’évacuation de Fizuli, Djabrail, Zangelan, Gubatly et Agdam, ainsi que la réouverture du chemin de fer Baku-Nakhitchevan-Yerevan. L’amendement adopté suppose qu’un tel règlement conduirait au développement de ces territoires, créant ainsi les « conditions nécessaires » au retour des personnes déplacées azéries « vers leurs territoires d’origine ».

La Fédération fait remarquer que l’hypothèse de la réouverture de la ligne de chemin de fer implique naturellement l’obligation pour l’Azerbaïdjan de lever le blocus de l’Arménie.
« Ce paragraphe adopté par la Commission des Affaires étrangères ignore le cas des centaines de milliers de réfugiés arméniens qui ont fui les pogroms en Azerbaïdjan, et qui sont aujourd’hui en voie d’intégration en Arménie, contrairement à ceux d’Azerbaïdjan qui, de l’avis même des organisations internationales, font l’objet d’exploitation et de surenchère par les autorités de leur pays » a commenté la Présidente de la Fédération.

« Nous sommes persuadés, que lors de l’adoption du rapport par la séance plénière du Parlement européen, une majorité de députés s’opposeront à une telle décision basée sur des hypothèses dénuées de fondements réels. De plus, cette option fragiliserait la position de l’OSCE, en charge du règlement du conflit du Karabagh, auquel le rapport affirme par ailleurs apporter son soutien » a conclu Hilda Tchoboian.

Le rapport Gahrton sera présenté en session plénière du Parlement européen dans les semaines à venir.
_________________
Sarkis Shahinian
 
View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    www.armenian.ch Forum Index -> Politics | Genocide All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum