"A la découverte de l'Arménie": stand de l'Unité d'arménien de l'Université de Genève à la Nuit de l'Unige, le 13 juin 2009

par Regina Joye

L’Université de Genève commémore cette année le 450ème anniversaire de sa fondation. C’est pour fêter comme il se doit cet anniversaire qu’elle a décidé de partager ses savoirs avec les habitants de la Cité, dans un esprit informel et ludique. Une grande rencontre festive a ainsi été organisée le samedi 13 juin, et le public est venu nombreux et intéressé. Toutes les Facultés étaient présentes, réparties dans différents locaux. Entre le parc et le bâtiment des Bastions les différents départements de la Faculté des Lettres occupaient plusieurs stands. L’un des plus populaires était le stand de la section d’arménien, qui avait pris ses quartiers au rez-de-chaussée du bâtiment des Bastions.

La devise choisie par le département, affichée sur les grilles du stand, était rien de moins qu'un extrait de l'historien ancien Moïse de Khorène: Quoique nous ne soyons qu'une petite nation, d'un nombre bien limité, d'une force restreinte et bien des fois soumis à une royauté étrangère, il se trouve que beaucoup d'actes de vaillance, dignes d'être rappelés par écrit, ont été accomplis dans notre pays aussi.

Le programme proposé par le département d’arménien pour cette journée festive débute à 15h sur la Grande Scène, dans le parc : Valentina Calzolari (professeur responsable du département) et Robert Bouvier (comédien et directeur du Théâtre du Passage de Neuchâtel) donnent une lecture de poèmes arméniens lus en français, en grande partie d'après les belles traductions de Vahé Godel, et en arménien (occidental et oriental). Au répertoire, des poésies de Nahapet Koutchak, Missak Medzarents, Taniel Varoujan, Eghiché Tcharents, Parouyr Sévak, Zorayr Mirzayan, Nigoghos Sarafian, Violette Grigorian et Hovhannès Grigoryan. A signaler, la lecture simultanée, en arménien et en français, du poème "De ma douce Arménie..." de Tcharents. Les récitants sont très applaudis. La lecture est suivie des danses de la troupe Sanahin de Genève, sous la direction de Mme Lilit Kotcharian. L’enthousiasme débordant des danseurs se communique au public qui ne se prive pas d’accompagner le rythme de la musique en battant allègrement des mains.
Plus tard, à 18h, toujours sur la Grande Scène, après une brève lecture de poèmes de Sayat Nova – achough (troubadour) arménien du XVIIIe siècle – par Mme Valentina Calzolari, résonnent les chants de la chorale Araxe de Genève, dirigée par Mme Diana Sagherian-Bojadjian. La chorale est à son tour très applaudie et le public ne manque pas de suivre les notes de "Erevan Erebouni" en battant les mains ou en chantant.

En dehors des prestations qui ont lieu sur la Grande Scène, la permanence au stand du département est  assurée  par  un  certain  nombre d’étudiantes, chapeautées par Madame Valentina Calzolari, leur dynamique professeure: Loucine Dessingy (assistante), Sévane Haroutunian, Arménuhi Magarditchian, Danella Trossinenko, Lola Tcholakian, Michaela Grünow, Cynthia Kattar, Araksi Gaynak et moi-même (ancienne étudiante de licence en arménien). Des activités y sont proposées à longueur de journée.

Le public est ainsi invité à découvrir l’alphabet arménien d’une manière ludique : il doit retrouver et mettre en ordre des fiches avec les lettres présentes dans une devinette médiévale de Nersès Chnorhali ! Ce jeu connaît un vif succès : des adultes comme des enfants se plaisent à essayer de mettre les lettres bout à bout (une traduction en français de la devinette est à disposition). D'autres devinettes médiévales, en arménien et en français, sont également offertes à la curiosité des participants.

Plus exigeant, des quiz sont aussi proposés : découvrir l'Arménie en 108 questions, sur des thèmes aussi variés que la géographie physique et administrative, la politique, l’histoire ancienne et moderne, la littérature, les arts, la religion, les relations Suisse - Arménie, les curiosités, le théâtre, la langue, etc. Quelques exemples?
• Quel poème ou chant a inspiré l'actuel hymne national d'Arménie "Mer hayrenik" ("Notre patrie") ?
a) La "Marseillaise", b) "La glaneuse de Sapri" de Luigi Mercantini, c) "Frères" de Meguerditch Bechiktachlian
• Le 7 mai 2009, dans quelle ville a été lancé le nouveau plan de partenariat de l'Union européenne avec les Républiques du Caucase, la Biélorussie, la Moldavie et l'Ukraine (partenariat inscrit dans la Politique Européenne de Voisinage [PEV])?
a) Bruxelles, b) Prague, c) Strasbourg       
• L'alphabet arménien fut créé à:
a) Erevan (Arménie), b) Van (aujourd'hui en Turquie), c) Edesse (en Syrie; aujourd'hui Şanlıurfa, en Turquie   
• Quelle Université a créé la première Chaire d'études arméniennes de Suisse, en 2007?
a) Université de Lausanne, b) Université de Genève, c) Universität St. Gallen       • Parmi ces trois femmes, laquelle n'a pas été reine d'Arménie?
a) Hripsimé, b) Constance de Sicile, c) Parandzem   

Par ailleurs, des livres divers et variés, que le public feuillette avec plaisir, jonchent la table. Certaines personnes regrettent que les livres exposés ne soient pas à vendre ! Une grande carte de l’Arménie orne l’une des parois, à côté de quelques affiches contenant des textes et des photos et d'une chronologie marquant les étapes essentielles de l'histoire arménienne.

Dans un petit espace aménagé, un public très attentif d’enfants, secondé par quelques adultes tout aussi attentifs, écoute le conte arménien des Trois Grenades, qui fait la part belle à une princesse qui sait ce qu’elle veut… C'est moi-même qui assure la lecture de ce conte [avec beaucoup d'aisance et une voix captivante. N.d.r.].

Mais le nec plus ultra du stand arménien semble être la dégustation de mets orientaux : soudjouk, dolma, tel banir, lavach, hoummous, purée d’aubergines, baklava attirent un public gourmand qui vient en foule à chaque fois, pendant les trois services impeccablement organisés par Loucine Dessingy.

A la fermeture du stand, vers 22h, toutes les participantes sont épuisées mais ravies du succès de cette journée et surtout de l’intérêt sincère que le public a manifesté pour l’Arménie et sa culture. «Vous êtes le département le plus sympathique!», avait-on entendu dire avec enthousiasme à un bout de la table...


N° 163 Jul-Aoû 2009

Au sommaire de ce numéro

(articles en français):

 

- Charles Aznavour devient ambassadeur de l'Arménie en Suisse

- Les oeuvres récentes de Vahram Davtian et Daron Mouradian exposées à la Galerie BEL-AIR FINE ART à Genève

- La Turquie proteste contre la première citoyenne de Suisse

- Luc Baghdassarian: un chef éblouissant

- "A la découverte de l'Arménie": stand de l'Unité d'arménien de l'Université de Genève à la Nuit de l'Unige, le 13 juin 2009

- Un khatchkar au Metopolitan Museum de New York

- Négationnisme: traçabilité et procès

- Université de Venise - Cours intensif d'été de langue et culture arméniennes

- La déclaration de la paroisse de Neuchâtel-Jura

- Salon du Livre 2009 - "Espace Arménie"

- Les monuments de la région de Mouch-Sassoun-Van en Arménie Historique par Jean V. Gureghian

- Invitation à tous les juristes arméniens

- Rencontre des représentants de la communauté arménienne de Suisse avec l'ambassadeur de Géorgie à Genève


Impressum :

Publié par

ARTZAKANK - ECHO

6 numéros par année:

 

Responsable de la publication:

Maral Simsar-Tonbazian

 

ARTZAKANK - ECHO

Case postale 153

1211 Petit-Saconnex 19

 

Tél. 022 700 36 85

artzakank at armenian.ch

 

Relations bancaires:

B.C.G. Cpt 735 917 CCP 12-17302-9